lundi 3 février 2020

Terminus de Tom Sweterlitsch

Synopsis : Depuis le début des années 80, un programme ultrasecret de la marine américaine explore de multiples futurs potentiels. Lors de ces explorations, ses agents temporels ont situé le Terminus, la destruction de toute vie sur terre, au XXVIIe siècle.
En 1997, l'agent spécial Shannon Moss du NCIS reçoit au milieu de la nuit un appel du FBI : on la demande sur une scène de crime. Un homme aurait massacré sa famille avant de s'enfuir. Seule la fille aînée, Marian, 17 ans, serait vivante, mais reste portée disparue. Pourquoi contacter Moss ? Parce que le suspect, Patrick Mursult, a comme elle contemplé le Terminus... dont la date s'est brusquement rapprochée de plusieurs siècles.

Titre original : The gone world (2018)
Science-fiction - Thriller - 440 pages
Editions Albin Michel Imaginaire (2019)

Après Les étoiles sont légion de Kameron Hurley, voici ma seconde incursion du côté de chez Albin Michel Imaginaire, dont la ligne éditoriale me vend du rêve *_*
Quelle lecture ! Et quelle magnifique couverture d'Aurélien Police ! Il n'y a pas à dire, tout est ici réuni pour que Terminus me reste en mémoire.

« Il semble, si je ne me trompe, que vous lisiez facilement dans l'avenir, tandis que le présent est voilé pour vous »
DANTE, L'Enfer, chant X

Dans un mélange des genres habilement fouetté (et les initiés comprendront qu'ici le fouet a une importance cruciale 😉), c'est un mix homogène tout a fait génial que nous offre Tom Sweterlitsch avec ce roman.

Après le glaçant prologue horrifique qui nous débarque en l'an 2199, dans un décor cauchemardesque à l'ambiance quasi hallucinogène, le récit débute en 1997 sur un appel reçu en pleine nuit par l’agent spécial Shannon Moss du NCIS, suite au meurtre d'une famille, dont le père (principal suspect) est un SEAL porté disparu dans un programme de voyage dans le futur appelé Eaux profondes, et dont Moss fait également partie.

Là démarre un thriller particulièrement efficace et difficile à lâcher, grâce à l'enquête de Moss, et à son obsession de retrouver à temps la fille aînée, seule rescapée du massacre. Cette haletante course contre la montre policière est habilement rehaussée au cran supérieur de time-opera grâce aux bondissants allers et retours entre présent et futurs potentiels (pas parallèles, attention la différence est primordiale ^^) effectués par Moss, pour les besoins de ses investigations.

Mais un sablier d'une toute autre envergure s'est aussi retourné : celui de l'apocalypse !
Chacun de ses grains écoulés rapproche l'arrivée du Terminus. Un trou blanc qui apparaîtra dans le ciel et provoquera la fin de l'humanité, par des moyens que je vous laisse découvrir. Seule précaution : avoir un cœur bien accroché face à l'éventualité d'être retourné 😱

Moss sait très bien à quoi s'en tenir face au Terminus, elle y a laissé sa jambe en 2199, lors de l'un de ses voyages en Temps Profond.
Car dans le présent de 1997, cela fait déjà une bonne vingtaine d'années que l'on peut se balader dans le temps (coucou l'uchronie, au passage !). Et c'est au cours de l'un de ces bonds dans le futur, vers l’an 2666, que l'on a découvert la potentialité du Terminus pour la première fois.
Sauf que l'écoulement du sablier s'accélère, et que chaque incursion dans le futur constate qu'il se rapproche de plus en plus vite ! La station ultime de l'espèce humaine ne cesse de gagner du terrain. Pourquoi ? Et comment l'arrêter ?

Quand, et comment le télescopage de l'enquête et de cette sinistre temporalité se produira-t-il ?
En chemin, gardez les yeux bien ouverts. Même si l'auteur fait preuve d'une grande maîtrise pour ne pas nous perdre, une fois en route vers le Terminus, n'y soyez plus pour personne ! Le final n'en sera que meilleur ;-)
Et même si j’aurais aimé être un peu mieux préparée à l'immersion en Eaux Profondes, et en savoir davantage sur l'impact des NET par exemple... j'ai été véritablement bluffée !

Dans une alliance des genres extrêmement solide, le récit est brillamment déroulé, et même balisé, pour peu que l'on regarde dans la bonne direction. J’ai beaucoup apprécié le rayonnement de son arc narratif, avec ses jeux de miroirs et ses échos répétés, absolument renversants !
L'héroïne est attachante et fermement ancrée dans l'histoire. Son choc post-traumatique, et l'effet boomerang qui en résulte, donne une force authentique à cette femme constamment ballottée entre plusieurs avenirs appelés TFI, trajectoires futures inadmissibles.
« Inadmissibles » parce que l’avenir était versatile – les futurs qu’explorait le NSC n’étaient que des possibilités nées des conditions du présent.
L'ambiance est sombre, horrifique, glauque (jusque dans l'emploi de la mythologie nordique représenté par Naglfar), et de plus en plus cauchemardesque à mesure que l'on s'approche du Terminus, donnant une rémanence troublante à certaines scènes.

Que dire d'autre ? Tellement de choses... mais ne comptez pas sur moi pour vous divulgâcher les étapes essentielles jusqu'au Terminus.
C'est un roman qui se déplie comme le plus ingénieux des origamis (certains diront puzzles), et dans lequel se niche un dessein final à l'intensité inouïe. N'attendant qu'à être minutieusement déployé, le plaisir d'examiner chaque détail de ce savant pliage et d'en concevoir toute l'ampleur n'en sera que meilleur :) Préparez-vous à pousser un WAOUH d'admiration à l'étape ultime 😲

Je te dédie ce billet, fidèle ami co-lecteur, et te remercie de m'avoir accompagnée jusqu'à ce saisissant Terminus :)

D'autres avis sur Babelio, et Livr'addict

10 commentaires:

  1. Merci pour la découverte ! C'est vrai que la couverture est très belle. Vu l'univers proposé, je pense que ça pourrait me plaire également :) Il faut juste que je fasse un peu descendre ma PAL avant ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec grand plaisir ! Je suis fan du travail d'Aurélien Police *_* Et ce roman est génial ! N'hésite pas à lui donner sa chance lorsque ta PàL aura perdu quelques centimètres ;-)

      Supprimer
  2. Oh super ça et j'avoue que je ne connaissais pas du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette ! J'espère que tu auras l'occasion de le découvrir :)

      Supprimer
  3. Joliment efficace ce billet! En quelques dizaines de lignes tu restitues le côté attractif du livre et ses grands axes narratifs (pas si simple à résumer) sans trop en dire! La cuvée "bloguesque"20-20 promet d'être un bon cru! (non, non je te mets pas la pression >:) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! En fait, j'ai élagué 80% de ce que j'avais écrit au départ. Mon souhait de ne rien divulgâcher l'a emporté sur le reste, car je trouve que cette lecture est une véritable expérience à vivre ^_^ Plus de pression côté blog, je navigue en eaux troubles... Mais j'espère que l'avenir te donnera raison ;-)

      Supprimer
  4. J'avais adoré, un super bouquin terriblement addictif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je constate avec joie que nos avis se rejoignent une fois de plus ;) Merci Zina :)

      Supprimer
  5. Il me semble bien l'avoir noté sur la liste d'envie celui-là ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors c'est parfait ! Je n'ai plus qu'à attendre ton retour du Terminus avec impatience ;-)

      Supprimer