dimanche 12 janvier 2020

Challenge ABC Littérature de l’imaginaire 2020

5 ans après ma première participation (souvenirs, souvenirs...), et à l'occasion de cette nouvelle décennie, me voilà motivée pour tenter de faire mieux que la médaille de bronze remportée à l'époque :)

Le règlement du challenge
Le principe du challenge est de lire 26 livres entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, en respectant le principe : une lettre, un auteur, (sauf pour le demi*). Le but est donc de choisir un auteur par lettre, dans les genres littéraires entrant dans la catégorie imaginaire :

– Fantasy
– Fantastique
– Science-Fiction
– Et tous leurs sous genres (bit-lit, dystopie, steampunk, etc.)

Afin de rendre le challenge plus facile, plusieurs possibilités sont offertes :
– Modifier sa liste à loisir durant l’année. Pour valider l'inscription, une liste minimum de 20 livres sur les 26 suffit, modifiable autant de fois que désiré, sauf pour obtenir la médaille de platine, qui n'autorise que 3 changements maximum ! (les changements jusqu’au 31 janvier ne comptent pas).
– Inclure des BDs, mangas ou artbooks dans sa liste, mais pas plus de 3 au total. Pour les BD, le dessinateur compte autant que l’auteur pour le choix de la lettre.
– 3 jokers sont offerts. Par joker, j’entends l’utilisation de la première lettre du titre du livre, ou la première lettre du prénom de l’auteur (au lieu de la première lettre du nom de famille de l’auteur)
– Chroniques non obligatoires ! Il faudra cependant venir dire quelques mots sur le topic de Livraddict ou sur le blog de l'organisatrice Mariejuliet.

*Le demi, c'est quoi ?
Comme son nom l’indique, l’objectif est diminué de moitié : Lire 13 livres dans l’année. 
Pour valider son inscription, il faudra fournir la liste des 13 titres (13 exactement, et pas une liste de 16 (par exemple) dans laquelle piocher),
- Possibilité d'inclure des BDs, mangas ou artbooks dans sa liste, mais pas plus de 1 au total.
- 1 seul joker autorisé.
- Possibilité de modifier sa liste à loisir durant l’année.

Une liste d’auteurs dont le nom commence par : I, Q, U, X, Y, Z. est proposées par ici.
Une Foire aux Questions, les modalités d'inscription et toutes autres précisions se trouvent par là.

Les récompenses :
Les médailles décernées, selon le degré d’avancement dans le challenge, sont :

– Médaille d’or : 26/26
– Médaille d’argent : 20/26 : Mon objectif !
– Médaille de bronze : 15/26
– Médaille de chocolat : 10/20

– Petit bonus pour les motivés : la médaille de platine, attribuée à tous les participants ayant au minimum atteint la médaille de chocolat et qui n’auront effectué au maximum que 3 changements par rapport à la liste initiale qu’ils se seront fixés lors de l’inscription.
- Pour le demi, une médaille unique : la médaille de cuir ! Et sa version Cuir platine pour les participant ayant atteint la médaille de cuir avec un changement maximum par rapport à la liste initiale qu’ils se seront fixés lors de l’inscription.
La possibilité d'ajouter des objectifs complémentaires (du genre : nombre de page minimum…) est également en vigueur.

MA LISTE :

A. La servante écarlate de Margaret Atwood 
B. American Elsewhere de Robert Jackson Bennett
C. La trilogie des trois corps, tome 1 : Le problème à trois corps de Liu Cixin 
D. Les Démons de Paris de Jean-Philippe Depotte
E. Jésus vidéo de Andreas Eschbach
F. Faërie de Raymond E. Feist 
G. Rivages de Gauthier Guillemin 
H. Une cosmologie de monstres de Shaun Hamill 
I. Notre Dame de la Mer de Rozenn Illiano
J. Les livres de la terre fracturée, tome 1 : La cinquième saison de N. K. Jemisin
K. La Chanson d'Arbonne de Guy Gavriel Kay
L. Tuer les morts de Tanith Lee
M. Blackwing, tome 1 : La marque du corbeau de Ed McDonald
N. Anno Dracula, tome 2 : Le baron rouge sang de Kim Newman 
O. Zombi de Joyce Carol Oates
P. La Fontaine pétrifiante de Christopher Priest 
Q. ... Choix en attente !
R. Mars la rouge de Kim Stanley Robinson 
S. Terminus de Tom Sweterlitsch
T. Les chroniques de St Mary's, tome 01 : Un monde après l'autre de Jodi Taylor 
U. Un feu sur l'abîme de Vernor Vinge (Joker)
V. Le dernier brûleur d'étoiles de Sophie Val-Piguel 
W. Mes vrais enfants de Jo Walton
X. ... Choix en attente !
Y. ... Choix en attente !
Z. Toi l'immortel de Roger Zelazny

Autant vous avertir : il me sera impossible de respecter cette liste à la lettre ! Trop de tentations imprévues - ou d'invités de dernière minute - viendront la bouleverser en cours de route, c'est pourquoi je ne vise pas la médaille de platine qui n'autorise que trois changements. 
Briguer celle d'argent me semble déjà bien présomptueux ^_^
Dommage que les nouvelles n'entrent pas dans le cadre du challenge car mon intention de découvrir un maximum de titres de la collection Une Heure Lumière, des Editions Le Bélial' m'aurait bien aidée. Disons que cela ajoutera un peu de piment à l'entreprise. 😋
Si vous avez des suggestions à me soumettre pour combler les espaces libres des lettres Q, X, et Z, je suis preneuse ;-) À bientôt !

Séance de rattra'pages #26 [octobre 2019]

Ce rendez-vous est, comme son nom l’indique, une séance de rattrapage de mes conquêtes livresques. Il me permet de les passer en revue, et d'échanger à leur sujet en votre enrichissante compagnie. C'est aussi un bon moyen de ne pas les laisser tomber dans l'oubli, et d'en garder la trace, à l'image des précédentes.

Voici donc le tour d'horizon de mes lectures du mois d'octobre 2019
Les favoris sont facilement repérables grâce à leur indice de réminiscence, révélé en nombre de ✨
(Cliquez sur les couvertures pour accéder aux fiches des livres)
OCTOBRE

Les Aventuriers de la Mer, tome 7 : Le Seigneur des Trois Règnes de Robin Hobb (376 pages), publié en 2006 : Prise dans la vague hobbienne, le courant est désormais si fort qu'il est impossible de ne pas se laisser dériver au gré des destinées fortement ballottées de nos personnages favoris. Difficile de conjecturer tant les événements se font tempétueux. Le vent forcit, et porte avec lui un nouveau seigneur au vol majestueux, rescapé d'un passé glorieux. Cette renaissance pourrait bien annoncer une armada de changements pour les humains, et augurer le flot de grands bouleversements à venir. Mais pendant ce temps, il y a de nombreux et périlleux combats qui se poursuivent, et beaucoup de protagonistes en réel danger. De quoi nous captiver, et nous emporter Itenasara et moi, d'un seul coup de rame vers le tome suivant. Vous ne serez donc pas étonnée de retrouver le tome 8 dans la séance suivante ;-)
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨✨💗

Le Père Goriot de Honoré de Balzac (350 pages), publié en 1842 : Cette adaptation audio en dix épisodes offerte par France Culture fût une nouvelle fois délicieuse ! Le personnage éponyme de l'histoire incarne l'amour paternel poussé à son comble, qui dans un esprit de sacrifice déraisonnable, se dépouille de tout pour ses filles adorées. L'arrivisme est également au centre de l'histoire, dans ce qu'il peut avoir de plus abject. Balzac dresse un portrait cynique et bien peu flatteur de la société parisienne sous la Restauration. Toutes les couches sociales en prennent pour leur grade, et les plus résolus sont prêts à tout pour se tailler la part du lion dans la jungle mondaine.
Je n'avais plus de souvenirs récents des titres Balzac, et cette redécouverte du Père Goriot m'a permise de raviver mon grand désir d'explorer plus avant sa Comédie humaine, et notamment la veine fantastique de son oeuvre, avec Melmoth réconcilié, ou encore La Peau de chagrin. Si vous avez des titres à me conseiller, je suis tout ouïe :)
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨

Le chant de Kali de Dan Simmons (368 pages), publié en 1985 : 🎃Lectures d'Halloween🎃 Prix World Fantasy 1986, ce Chant de Kali, pourtant tout premier roman de l'auteur, bourdonne déjà du savoir-faire du Maître Simmons. Immédiatement happée et entraînée au coeur de la rumeur de Calcutta, dans une ville fiévreuse et agitée, grouillante de misère et de désespoir, l'air y est glauque, poisseux, délétère. La psalmodie de la déesse de la destruction nous mène en des endroits funestes et nauséabonds, nous obligeant à errer dans des ruelles emplies d'immondices pour retrouver les traces de ses adorateurs. Ne vous attendez pas à une ballade platement dépaysante ou exotique, ou a un chœur criard et tapageur. Une mélopée horrifique un brin lancinante serait plus à même de la définir. Rien ne nous est épargné dans le funeste refrain de Kali. Avant de l'entonner, ayez le coeur bien accroché car certaines scènes pourraient bien jouer les ritournelles. Mais sa mélodie proclame surtout l'avènement d'un grand auteur qui n'a pas fini de nous fasciner ;-) Encore un Dan Simmons qui ne m'a pas déçue, comme le prouve ma chronique.
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨

Les Furtifs de Alain Damasio (688 pages), publié en 2019 : Damasio avait conquis mon coeur avec La Horde du Contrevent, une lecture inoubliable. En conséquence, l'attente de son nouveau roman était très (trop ?) grande. Ce qui explique en partie le vacillement ressenti pour Les Furtifs. Mon coeur a balancé, entre les cabrioles de la première moitié de l'histoire, et la décélération forcée de mon esprit dans la deuxième. Je n'ai pas su trouver le point d'équilibre parfait. Dire que j'ai oscillé, que mes sentiments ont fluctué, que je suis passée du pur frisson au soupir de désillusion, que les moments de grâce ont lancé la trace, puis que mon attention a chancelé, s'est parfois engluée dans la sangue "damasienne", et que j'ai senti le propos vriller dans l'opinion au détriment de l'inspiration, faisant trébucher mon imaginaire face aux idées révolutionnaires, serait plus juste.
Mais lire du Damasio reste toujours un moment exceptionnellement vivifiant, et assurément unique ! J'aime ce qu'il transmet, son humanisme, et son désir de nous ouvrir aux autres, tout simplement ;-) Ma chronique.
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨

Le vampyre de John Polidori (110 pages), publié en 1919 :🎃Lectures d'Halloween🎃 Mon bagage en littérature gothique commence à insidieusement s'alourdir et ce n'est pas pour me déplaire ^_^ L'origine de mon intérêt pour cette nouvelle vient du film Mary Shelley que je n'hésite pas à vous conseiller tant je l'ai apprécié. J'ai même envie de vous dire (re)lisez Frankenstein, visionnez ce film, puis découvrez cette nouvelle dans la foulée, cela me semble être le combo idéal ! Pour le reste, je vous laisse découvrir ce texte. Si comme moi, vous êtes curieux.se de goûter à l'un des illustres fruits récoltés lors de ce fameux été 1816, passé dans la villa Diodati - célèbre creuset, bouillonnant d'inspiration - sachez qu'une adaptation en version audio est disponible sur France Culture.
Indice de réminiscence : ✨✨

Connaissez-vous ces titres ? Certains vous tentent-ils ?
Encore deux séances et 2019 sera définitivement derrière moi. Peut-être que je tiens le bon bout 😅
Pendant que je mets novembre sur le feu, n'oubliez pas de vous régalez d'excellentes lectures :)

mardi 31 décembre 2019

Podiums 2019

L'année se termine, et je n'ai pas rédigé l'intégralité de mes séances de rattra'pages. C'est mal, je sais, mais pas si étonnant, n'est ce pas ? 😁 Alors, pour vous faire patienter encore un peu, juste un peu... voici de quoi grignoter 🍬 Allez, c'est parti pour les médailles :)
🥇 - Les lions d'Al-Rassan de Guy Gavriel Kay : ma chronique.
🥈 - Les vaisseaux du temps de Stephen Baxter : mon mini avis.
🥉 - Apostasie de Vincent Tassy : mon mini avis.
Après d'intenses et déchirantes délibérations, il a bien fallu trancher dans le vif ! Seulement trois, c'est si peu ^_^ Au final, je me suis laissée influencer par mon indice de réminiscence qui me semble être un marqueur suffisamment fiable pour élire un indiscutable...
🥇ex aequo, à la première place du podium
couvcouvcouvcouvcouv
couvcouvcouvcouv

Savouré dans son intégralité en compagnie de ma fidèle amie co-lectrice Itenasara, je me trouve dans l'impossibilité de départager ses 9 tomes, et me vois contrainte de les mettre à égalité (malgré le manque d'espace sur la toute première marche) tant ces aventures maritimes se seront révélées aussi enthousiasmantes que mémorables 😍

2019 ayant été une année particulièrement riche en classiques, il était tout aussi évident d'élever un autre podium en leur honneur, vu qu'ils ne jouent pas dans la même catégorie.
🥇De grandes espérances de Charles Dickens (1861): mini avis.
🥈 - La ferme des animaux de George Orwell (1945) : mini avis.
🥉 - Les mystères d'Udolphe de Ann Radcliffe (1794) : mini avis, à venir...

Voilà ! Vous aurez une vision plus globale de mon année de lecture dans la future séance de rattra'pages de décembre, qui arrivera... bah, quand elle arrivera quoi ! Il n'y a pas le feu au lac non plus 😋


D'ici-là, tous mes meilleurs vœux vous accompagnent. Santé, bonheur, amour, douceur et sérénité pour 
ainsi que de savoureuses lectures, bien évidemment ! Rendez-vous l'année prochaine pour en reparler 😊

dimanche 29 décembre 2019

Que passe l'hiver de David Bry

Synopsis : Stig vient d'avoir vingt ans, l'âge de porter une épée et de se rendre - enfin ! - sur le Wegg, l'étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d'hiver ne se déroule pas comme il l'avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu'il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l'ombre des festivités, protéger ceux qu'il aime... et même survivre. Y parviendra-t-il ?

À la croisée de l'ode initiatique et du huis-clos, Que passe l'hiver raconte le destin d'un jeune homme au pied bot et d'un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelström d'un monde qui se meurt, peut-être...

Fantasy - 400 pages - Editions de l'Homme Sans Nom (2017)
Illustration de couverture : Simon Goinard

Pour ce solstice d'hiver, il me fallait partir, loin ! Arpenter des paysages enneigés, me perdre dans une blancheur infinie et un silence assourdissant, avec l'espoir de flairer une piste qui réaliserait mon souhait de m'emporter dans un ailleurs saisissant...
Et comme un sérac venu s'écraser sur mon chemin, ce roman a surgi devant moi !

Un fil du destin se brise. Un autre se renforce.


Se fondre dans ce récit de fantasy, c'est comme...

S'enfoncer dans un huis-clos de givre, emprisonnant les 30 strophes d'une ode initiatique sculptée dans la glace, et dont l'emprise de marbre se resserre dès les premiers vers.
Explorer un lieu hors du temps, y attendre la nuit la plus longue de l'année - celle qui dure plus, bien plus que le jour - dans une tension croissante et un sentiment de froide inexorabilité.
Marcher dans une neige rougie de sang et sous un ciel plombé de mauvais augures. Y voir la vapeur de son souffle balayée par un vent chargé de cendres funestes, où le sel des larmes se cristallise avant d'atteindre le sol.
Se tenir aux aguets dans cette ambiance cotonneuse et immobile, où chaque flocon tourbillonne dans l'attente du prochain secret, ou cadavre à recouvrir.
Etre à la croisée d'un monde dont l'avenir se tisse au bord de la montagne du destin, sur lequel souffle la bise polaire d'une tragédie en devenir, et assister au drame qui se noue, impuissante et transie.

Un fil se brise, un autre se renforce.

Rejoindre ses personnages, c'est un peu...

Se perdre dans le regard noir et abyssal d'un roi impressionnant, aux bois de cerf immenses, et souverain d'une clairière légendaire sur laquelle le glas pourrait bien sonner.
Identifier quatre clans, venus des quatre points cardinaux, tous détenteurs de pouvoirs particuliers, et s'inquiéter de leur loyauté et des plans qu'ils pourraient ourdir tandis qu'ils s'observent en chien de faïence.
Scruter les prophétesses à la peau marquée de runes, et les augures inscrits dans les nuages et le cri des loups, avec un sombre pressentiment.
Apercevoir des créatures et esprits venus de derrière le voile, et ne pas s'en approcher sans crainte.
Mais surtout accompagner un jeune homme à sa première cérémonie du solstice. S'attrister de le voir rejeté par son père, seigneur d'un clan qui possède le don de se métamorphoser en animal. Le suivre lors de ses envolées au-dessus des cimes immaculées. Sentir l'air pur s'engouffrer dans son bec, et le sentiment de paix qui l'étreint, lorsqu'il prend sa forme de corbeau. L'aimer tel qu'il est, placer beaucoup d'espoirs en lui, et espérer qu'il en réchappera. Mais aussi voir grandir sa désillusion, sa peur et son chagrin, à mesure que la célébration du solstice approche, que la mort rôde de plus en plus près, et...

 Que certains fils du destin s’effilochent, quand d’autres se consolident.


Que passe l'hiver... oui, mais pas le souvenir de cette lecture 🥰

L'hiver s'est aussi arrêté chez : Elhyandra, Stelphique

mercredi 25 décembre 2019

Bonnes fêtes !

Bonnes fêtes de fin d'année !!!
Rassasiez-vous de moments précieux,
et de savoureuses lectures, bien évidemment ;-) 

samedi 21 décembre 2019

Séance de rattra'pages #25 [septembre 2019]

Ce rendez-vous est, comme son nom l’indique, une séance de rattrapage de mes conquêtes livresques. Il me permet de les passer en revue, et d'échanger à leur sujet en votre enrichissante compagnie. C'est aussi un bon moyen de ne pas les laisser tomber dans l'oubli, et d'en garder la trace, à l'image des précédentes.

Voici donc le tour d'horizon de mes lectures du mois de septembre 2019
Les favoris sont facilement repérables grâce à leur indice de réminiscence, révélé en nombre de ✨
(Cliquez sur les couvertures pour accéder aux fiches des livres)
SEPTEMBRE
        
De grandes espérances de Charles Dickens (728 pages), publié en 1861 : Choisir de simplement exprimer à quel point je suis ravie de placer un Dickens en tête de liste. Espérer que ce petit 🤍 placé parmi les étoiles de mes réminiscences en dise davantage que le plus bavard des commentaires. Vous enjoindre de tout mon coeur à lire ce roman que l'on ne présente plus et que pourtant je n'avais encore jamais lu. Faire carillonneur toutes les cloches du ravissement éprouvé afin que vous les entendiez, même de très très loin. Laisser de côté la moindre tentative d'éloquence pour ne laisser parler que le coeur et les sentiments inspirés par cette histoire. Honorer la mémoire de Pip, un personnage que l'on ne peut oublier, et qui rejoint le panthéon de mes préférés... Voilà ce que je souhaite vous restituer - et plus encore, si je ne craignais l'inexcusable inconsistance de mes propos - de ma révélation de cette oeuvre, que Dickens lui-même semblait considérer comme l'une de ses meilleures.
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨✨🤍

Les Aventuriers de la Mer, tome 6 : L'Éveil des eaux dormantes de Robin Hobb (413 pages), publié en 1999 : Ce tome porte bien son nom, car c'est à n'en pas douter celui de l'éveil ! Empli de tumulte, de magie, et de craintes, l'engourdissement n'a pas été une seule seconde au programme de cette nouvelle LC partagée avec ma chère co-moussaillone Itenasara ;-) Le devoir de mémoire était aussi bien présent dans les destins et désirs de chacun.e. Remonter le courant dans un espoir commun pour certains, éviter de se noyer dans les souvenirs pour d'autres, ou encore se rappeler qui on a été, ou ce que l'on veut (re)devenir. Personnages, événements, complots, imagination, prennent leur envol, déploient leurs ailes, gagnent en envergure, et nous révèlent un panorama fertile et miroitant de couleurs, dont je vous invite à apercevoir l'esquisse dans ma chronique.
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨✨🤍

Les lumineuses de Lauren Beukes (464 pages), publié en 2013 : Romancière sud-africaine de science-fiction et de fantasy, Lauren Beukes a remporté le prix British Fantasy 2014 avec ce thriller fantastique très réussi. Mon flair, et ma curiosité, ont été largement récompensé par cette histoire, teintée de féminisme et d'humanisme, et mêlant adroitement le thème du voyage dans le temps et du tueur en série. Impeccablement bien huilés, les mécanismes de l'intrigue s'imbriquent sans grincer dans les allers et retours temporels, et l'alternance des points de vue entre victimes et bourreau. Laissant se développer les personnages dans toute leur ampleur, pour en tirer l'une des plus grandes forces du récit, Lauren Beukes m'a convaincue d'explorer son Zoo city, aux nombreux prix engrangés. Comme quoi, il y a vraiment du bon à visiter les auteurs d'autres continents, de temps en temps 😎
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨

Connaissez-vous ces titres ? Certains vous tentent-ils ?
Seulement trois élus pour ce mois de septembre, mais peu importe la quantité, puisque question qualité ; c'était du lourd ! Oui oui, je sais, l'heure tourne, et il me reste encore trois séances à rédiger. Je file, à bientôt...🏃‍♀️

jeudi 19 décembre 2019

Séance de rattra'pages #24 [août 2019]

Ce rendez-vous est, comme son nom l’indique, une séance de rattrapage de mes conquêtes livresques. Il me permet de les passer en revue, et d'échanger à leur sujet en votre enrichissante compagnie. C'est aussi un bon moyen de ne pas les laisser tomber dans l'oubli, et d'en garder la trace, à l'image des précédentes.

Voici donc le tour d'horizon de mes lectures du mois d'aoû2019
Les favoris sont facilement repérables grâce à leur indice de réminiscence, révélé en nombre de ✨
(Cliquez sur les couvertures pour accéder aux fiches des livres)
AOÛT

Apostasie de Vincent Tassy (333 pages) : Voici LA révélation de cette sélection aoûtienne. Une plume envoûtante, poétique et raffinée. Un univers qui ensorcelle par sa mélancolie macabre, et son atmosphère gothique et obscure. Un récit construit en une subtile mise en abyme, exécuté dans un style fascinant, et dont le charme opère dès les premières pages. Mais attention, les âmes sensibles pourraient être sacrément ébranlées par la cruauté de certaines scènes rougies de sang. En ce qui me concerne, Vincent Tassy est un auteur qui m'a littéralement conquise. Apostasie est son premier roman. Quel talent ! J'ai lu que musique et littérature sont intimement liées pour lui - il est d'ailleurs musicien du groupe Angellore - et cela s'entend dans la beauté de ses mots, agissant comme un véritable sortilège, à l'image de sa sublime couverture 🥰 Une lecture qui plonge dans une langueur sombre et fiévreuse, et dont on s'éloigne avec soupirs.
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨✨

L'île du docteur Moreau de Herbert George Wells (212 pages), publié en 1896 : Ultime découverte du grand Wells, que je place en troisième position après La machine à explorer le temps et La guerre des mondes. J'avais le souvenir de l'adaptation cinématographique avec Marlon Brando, et ne m'échouais donc pas en terre inconnue. Pourtant, l'histoire a su me captiver, et aussi me surprendre par un aspect beaucoup plus sombre que je ne m'y attendais. Publié à une époque où Wells se passionnait pour les sciences naturelles, ce roman questionne sur l'essence et l'identité de l'être humain, et sur l'expérimentation animale. Le malaise du héros naufragé sur cette île, se transmet au lecteur et laisse redouter le pire au fur et à mesure de ses terribles et inhumaines découvertes. Un classique édifiant à ne pas manquer !
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨

Chevauche-brumes de Thibaud Latil-Nicolas (304 pages) : Cette petite escapade en dark fantasy s'est soldée par une très bonne surprise ! Une clique de goguenards mercenaires confrontés à une purée de pois d'où émergent d'infernales créatures, ça donne un récit plutôt épique, plein de gouaille, et d'une étonnante vaillance. Bon, ok, ce régiment de reîtres ne révolutionne pas le genre, et ne rivalise pas avec mes champions du genre, j'ai nommé ceux de La Compagnie Noire de Glen Cook ! Pourtant, force est de reconnaître que j'ai passé un moment vraiment épatant en leur compagnie. Truculents, et sacrément attachants, j'espère que ces bougres m'emporteront dans une prochaine et encore plus exaltante chevauchée ;-) 
Indice de réminiscence : ✨✨✨✨

Voyage lunaire, tome 1 : De la Terre à la lune de Jules Verne (255 pages), publié en 1865 : À l'occasion du 50ème anniversaire du premier homme sur la Lune, j'ai eu envie de découvrir comment Jules Verne avait imaginé ce prodigieux exploit un siècle auparavant, et je n'ai pas été déçue. Son programme de voyage lunaire se déroule en deux parties. L'histoire débute dans un club d'artilleurs revenus désœuvrés après la fin de guerre de Sécession, et désireux de mettre leur compétences, désormais inutiles, au service d'une visée d'envergure. Faute d'ennemi sur lequel envoyer un projectile, pourquoi ne pas lancer un boulet sur la lune ? Et voilà la détonation qu'il fallait pour que commence l'élaboration du projet et de ses préparatifs. Le 1er tome de ce diptyque a été mon favori. Déjà parce que c'est celui de la rencontre avec des personnages éclatants de vigueur, d'intelligence et de passion. Ensuite parce que Jules Verne, sous couvert de nous distraire avec un récit qui ne pourrait être que la vision d'un rêve merveilleux, nous révèle une théorie stupéfiante et finement élaborée, qui démontre toute l'étendue de ses impressionnantes connaissances scientifiques, et de sa bouillonnante inventivité. 
Indice de réminiscence : ✨✨✨

Voyage lunaire, tome 2 : Autour de la lune de Jules Verne (248 pages), publié en 1870 : Cette suite permet de retrouver les trois personnages envoyés dans le boulet, et de les accompagner durant leur voyage. L'ingénieur Barbicane, le savant Nicholl, et l'aventurier français Michel Ardan (qui porte bien son nom, tant il est bouillonnant de vitalité !) forment un trio parfait. Ils se complètent à merveille et ont en commun une curiosité mêlée de passion qui ne peut que faire penser à celle que devait éprouver l'auteur pour notre cher satellite. Leur désir ardent d'en percer les mystères efface l'éventualité du sacrifice et en font les dignes précurseurs des missions futures. Le nez collé au hublot du boulet, ils nous dressent la carte de la Lune de manière très détaillée. J'avoue que les longs passages de ces minutieux relevés m'ont parfois fait décrocher. Mais il suffisait que j'imagine l'homme extraordinaire à l'origine de ces pages, et tous les explorateurs de l'espace qu'elles ont dû inspirer, pour que le respect l'emporte sur tout le reste. Impossible de ne pas voir l'oeuvre d'un visionnaire dans cet incroyable voyage lunaire 🤩
Indice de réminiscence : ✨✨✨

L'enfant des cimetières de Sire Cédric (529 pages) : Prix Masterton 2010, mon tout premier titre du Sire a été la lecture la plus addictive de ce mois ! Sans pour cela garder un souvenir impérissable de l'histoire, je me rappelle parfaitement ne pas avoir réussi à la lâcher avant la fin. L'accroche des toutes premières pages faisant émerger une légende urbaine plutôt prometteuse, le sentiment d'avoir assisté au baptême du feu d'un flic ayant du potentiel en tant que personnage central que j'aimerais retrouver, font que j'ai trouvé ce thriller fantastique vraiment efficace. Le lot de scènes violentes et bien sanguinolentes (vous voilà averti.e.s !) contentera aussi les amateurs du genre 😨 Petite ombre au tableau, j'ai regretté le manque de consistance des personnages, comme s'ils avaient pris forme dans la glaise du récit sans avoir eu le temps de s'y camper fermement. Mais je suis indubitablement curieuse de découvrir l'évolution de l'auteur, celui-ci n'étant que son deuxième roman. Même pas peur ! 😝
Indice de réminiscence : ✨✨✨

Au-delà de nos rêves de Richard Matheson (309 pages), publié en 1978 : Je ne vais pas répéter ici les motifs de ma légère désillusion, mais plutôt vous inviter, si ce n'est déjà fait, à aller en dévoiler les raisons dans ma chronique. En revanche, ce que je peux ajouter avec le recul des quatre mois écoulés depuis, c'est que mes souvenirs restent inchangés, et que le visionnage de l'adaptation ciné avec Robin Williams n'a pas été plus concluant que le roman, et ne m'a pas procuré davantage d'émotions, dommage...
Indice de réminiscence : ✨✨

Connaissez-vous ces titres ? Certains vous tentent-ils ?


Cette sélection a été délicate à ordonner car je me rends compte que l'ordre de préférence n'est pas toujours très représentatif... Disons que je me suis orientée à l'intensité de mes souvenirs ;-) A presto !