dimanche 29 décembre 2019

Que passe l'hiver de David Bry

Synopsis : Stig vient d'avoir vingt ans, l'âge de porter une épée et de se rendre - enfin ! - sur le Wegg, l'étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d'hiver ne se déroule pas comme il l'avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu'il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l'ombre des festivités, protéger ceux qu'il aime... et même survivre. Y parviendra-t-il ?

À la croisée de l'ode initiatique et du huis-clos, Que passe l'hiver raconte le destin d'un jeune homme au pied bot et d'un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelström d'un monde qui se meurt, peut-être...

Fantasy - 400 pages - Editions de l'Homme Sans Nom (2017)
Illustration de couverture : Simon Goinard

Pour ce solstice d'hiver, il me fallait partir, loin ! Arpenter des paysages enneigés, me perdre dans une blancheur infinie et un silence assourdissant, avec l'espoir de flairer une piste qui réaliserait mon souhait de m'emporter dans un ailleurs saisissant...
Et comme un sérac venu s'écraser sur mon chemin, ce roman a surgi devant moi !

Un fil du destin se brise. Un autre se renforce.


Se fondre dans ce récit de fantasy, c'est comme...

S'enfoncer dans un huis-clos de givre, emprisonnant les 30 strophes d'une ode initiatique sculptée dans la glace, et dont l'emprise de marbre se resserre dès les premiers vers.
Explorer un lieu hors du temps, y attendre la nuit la plus longue de l'année - celle qui dure plus, bien plus que le jour - dans une tension croissante et un sentiment de froide inexorabilité.
Marcher dans une neige rougie de sang et sous un ciel plombé de mauvais augures. Y voir la vapeur de son souffle balayée par un vent chargé de cendres funestes, où le sel des larmes se cristallise avant d'atteindre le sol.
Se tenir aux aguets dans cette ambiance cotonneuse et immobile, où chaque flocon tourbillonne dans l'attente du prochain secret, ou cadavre à recouvrir.
Etre à la croisée d'un monde dont l'avenir se tisse au bord de la montagne du destin, sur lequel souffle la bise polaire d'une tragédie en devenir, et assister au drame qui se noue, impuissante et transie.

Un fil se brise, un autre se renforce.

Rejoindre ses personnages, c'est un peu...

Se perdre dans le regard noir et abyssal d'un roi impressionnant, aux bois de cerf immenses, et souverain d'une clairière légendaire sur laquelle le glas pourrait bien sonner.
Identifier quatre clans, venus des quatre points cardinaux, tous détenteurs de pouvoirs particuliers, et s'inquiéter de leur loyauté et des plans qu'ils pourraient ourdir tandis qu'ils s'observent en chien de faïence.
Scruter les prophétesses à la peau marquée de runes, et les augures inscrits dans les nuages et le cri des loups, avec un sombre pressentiment.
Apercevoir des créatures et esprits venus de derrière le voile, et ne pas s'en approcher sans crainte.
Mais surtout accompagner un jeune homme à sa première cérémonie du solstice. S'attrister de le voir rejeté par son père, seigneur d'un clan qui possède le don de se métamorphoser en animal. Le suivre lors de ses envolées au-dessus des cimes immaculées. Sentir l'air pur s'engouffrer dans son bec, et le sentiment de paix qui l'étreint, lorsqu'il prend sa forme de corbeau. L'aimer tel qu'il est, placer beaucoup d'espoirs en lui, et espérer qu'il en réchappera. Mais aussi voir grandir sa désillusion, sa peur et son chagrin, à mesure que la célébration du solstice approche, que la mort rôde de plus en plus près, et...

 Que certains fils du destin s’effilochent, quand d’autres se consolident.


Que passe l'hiver... oui, mais pas le souvenir de cette lecture 🥰

L'hiver s'est aussi arrêté chez : Elhyandra, Stelphique

12 commentaires:

  1. Une lecture parfaite pour la saison, tu me donnes très envie.
    Merci de la découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, vraiment idéale ! On se sent dans une bulle enneigée :)
      Merci à toi d'être passée !

      Supprimer
  2. Un avis tellement bien écrit
    que ce serait gâchis
    de résister
    à une telle envolée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci
      je suis vraiment ravie
      que tu aies apprécié
      ce papier glacé.

      Supprimer
    2. Plus que l'apprécier
      J'en suis émerveillée.

      Supprimer
  3. Tu as choisi la saison idéale pour le lire (moi j'ai préféré la canicule de l'été lol c'était rafraichissant)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis sentie dans l'ambiance, c'est vrai ! J'imagine que sa fraîcheur doit faire oublier les caniculaires journées d'été, c'est bien aussi ❄😄

      Supprimer
  4. Il faut impérativement prévoir plaid et thé chaud pour toute la lecture au vu de la description que tu fais de cet univers ! En tout cas, j'aime beaucoup le schéma de ta chronique, tu sais faire envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut bien s'emmitoufler et s'accompagner de chaleureuses douceurs sucrées pour la route !
      Merci beaucoup, je suis vraiment heureuse que ma chronique te plaise ;-) Pour une fois, elle m'est venue tout naturellement. C'est tellement rare ^_^ Un double effet Kiss Cool de ce roman peut-être 😆

      Supprimer