jeudi 16 août 2018

Demain, une oasis de Ayerdhal

Synopsis : Il était moitié médecin moitié technocrate, à Genève. Il avait un nom. Il n'en a plus : on le lui a retiré un soir, avec le reste de son existence. Une limousine devant, une derrière, un coup de freins, des portières qui claquent, un pistolet-mitrailleur, deux baffes bien assénées, une cagoule, des jours dans une cave sous perfusion et somnifères... Normal pour un kidnapping !

C'est au réveil que ça commence à clocher, quelque part dans un désert africain, à côté d'un vieillard gravement gangrené, quand un commando humanitaire lui confie la responsabilité médicale du village dans lequel il l'abandonne...

Thriller - Science-fiction - 240 pages -  Editions Le Livre de Poche (2016)


Ayerdhal est de la trempe de ces auteurs qui vous marquent au fer rouge. Sa plume est douée d'une vie propre, destinée à vous toucher en plein coeur, à fourailler dans vos émotions pour en extraire les plus brutes, celles qui sont profondément enfouies, et s'extirpent dans un soulèvement inattendu.

Ayerdhal ne m'a pas étonnée, je savais déjà par ses Chroniques d'un rêve enclavé qu'il pouvait me remuer, et je m'étais mise en condition, si tant est que l'on puisse se préparer à une nouvelle rossée émotionnelle ^_^ Et pourtant, il m'a encore cueillie à la racine !

Ne lisez surtout pas le synopsis, ne vous conditionnez pas à l'avance ! Vivez le choc en même temps que le héros de cette histoire, lui qui n'était absolument pas préparé à se faire kidnapper du jour au lendemain... C'est de la commotion éprouvée que l'impact recherché viendra. Et ensuite, après le temps des questions sans réponse, arrivera celui de l’âpre réalité révélée. L'absence de choix faisant naître une vérité qui s'imposera à lui, impitoyable et dérangeante. Celle que l'on préférerait refouler par commodité, mais qui exige une rançon pour peu qu'il nous reste un soupçon d'altruisme.
Je ne m'appelle pas. J'ai porté un nom pendant quarante ans, mais c'est fini... Tout ce que j'ai porté pendant ces quarante années est fini, oublié, incinéré.
Dans le désert, à l'arrière d'une jeep vrombissante d'une révolte contenue, les questions assoiffent tout autant que l'aridité de l'environnement. C'est Ayerdhal qui est au volant, ne l'oubliez pas !
Les soubresauts du terrain accidenté ne sont rien comparés à la secousse émotionnelle ressentie lors des haltes, lorsque la poussière retombe et que la misère nous explose en plein visage.
J'ai tellement caressé de fronts brûlants qui se glaçaient d'un coup.J'ai tellement tenu de mains qui se sont ouvertes à jamais dans la mienne.J'ai tellement fermé de paupières d'enfants. J'ai tellement pleuré qu'il ne me reste plus de larmes pour quiconque.
Dans cette étendue de sable abandonnée de tous, Ayerdhal nous rappelle nos priorités, si jamais le monde de demain devait s'écarter de la bonne piste à suivre.
Aux côtés de ravisseurs employant des méthodes de terroristes humanitaires, qui n'épargnent pas leurs détenus, mais les confrontent à la dure réalité, Ayerdhal nous ballotte dans les dunes, révélant derrière la fenêtre du quatre-quatre ce que pourrait réserver un avenir laissant une partie du monde à l'abandon. 
Un futur où l'ambition spatiale, coûteuse et égocentrique, se ferait au détriment des plus démunis.
— Tout ça, c'est l'égoïsme, l'Interne, uniquement l'égoïsme.
Sous son blindage frappé du sceau de "thriller de science-fiction", ce récit embarque tout sur son passage, tant il est prenant et réussi. Et au détour de l'erg traversé, ses roues soulèvent des messages profondément humanistes, comme une tempête de sable laisserait ses grains s'infiltrer dans les petits interstices de nos esprits confinés par le confort et l’indifférence.
Une humanité qui exsude au point de se demander si l'auteur ne mêlait pas sa sueur et son sang à l'encre avec laquelle il écrivait ses romans.

Je réalise véritablement que lire un roman d'Ayerdhal, c'est comme partir sur une terre rocailleuse en nous délestant en chemin de l'indifférence crasse qui menace de nous coller à la peau. Cette lecture laisse le souvenir d'un baptême de sable asséchant les consciences léthargiques qui oublieraient un peu trop aisément que l'espoir d'une oasis doit appartenir à tous.
La terre : Un récit dans le désert

28 commentaires:

  1. l'idée est intéressante et originale pour le coup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une super lecture que je conseille chaudement. Merci de ta visite :)

      Supprimer
  2. Tu as été bien inspirée avec cette chronique. J'adore ta conclusion avec le souvenir du sable asséchant nos consciences. la mienne n''est pas trop léthargique alors j'espère que cette future lecture ne me laissera pas de sensations de gravas sous le palais.
    Bref, tu l'auras compris, je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Le sable a dû m'asticoter les neurones pour l'écrire ^_^ Je suis sûre que cette lecture t'inspirerait aussi, et que tu serais émue de voir ce qui se cache derrière ces dunes, sous un soleil cuisant d'injustice ! L'injustice, thème récurrent et cher à l'auteur d'ailleurs ^^
      Je suis ravie que tu le notes, et espère avoir l'occasion d'en reparler avec toi ;-)

      Supprimer
  3. Encore une découverte grâce à toi, merci :) Ça a tout l'air d'être une lecture intéressante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un livre qui ne peut laisser indifférent, assurément ! C'est moi qui te remercie :)

      Supprimer
  4. Un auteur qui m'intrigue beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lance-toi, tu ne le regretteras pas ! Merci d'être passée :)

      Supprimer
  5. Tres belle chronique... j'ai un peu peur de me frotter à ce phénomène ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma chère Lili !!! Commence par Chroniques d'un rêve enclavé, et tu seras définitivement mordue ! Parole de louve ;-)

      Supprimer
  6. Je suis certaine que ce livre va me plaire!!!!Alors déjà merci pour cette super chronique! Je ne sais pas encore ce que demain me réserve, mais un de ses jours, il est possible que 'aille près d'une oasis, grâce à toi, ma Lupa toute mignonne!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je suis sûre et certaine qu'il te plairait ! Avec ta sensibilité féerique, ton petit coeur s'emballerait pour ce roman ^_^ J'espère que nous nous retrouverons pour nous abreuver de sensations communes autour de cette oasis 😘

      Supprimer
  7. Coucou,
    De cette auteur il me semble que j'ai la trilogie du peuple turquoise, je ne sais même pas de quoi ça parle mais ça avait l'air bien au moment où je l'ai acheté ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Elhy,
      Je n'ai pas vu cette trilogie dans sa bibliographie. Peut-être veux-tu parler de "Ayesha : La légende du peuple turquoise" de Ange (que je ne connais pas d'ailleurs) ?
      Quoiqu'il en soit, si tu as l'occasion de lire un roman d'Ayerdhal, fonce ! Merci, et à bientôt :)

      Supprimer
    2. Rah mais quelle cloche ^^ désolée Lupa moi être fatiguée, oui t'as raison c'est bien un livre d'Ange...que je n'ai de cesse de confondre je ne sais pourquoi avec Ayerdhal ^^

      Supprimer
    3. T'inquiète, ça m'arrive aussi ;-) Et puis c'est pour moi l'occasion de te demander si tu connais les romans de Ange, et ce que tu en penses ? :)

      Supprimer
    4. Nope ^^ Je ne l'ai toujours pas ouvert mais il faudrait c'est sûr ne serait-ce que pour avoir le plaisir de t'en reparler ^^

      Supprimer
    5. Nos PàL nous dirigent davantage que nous ne les maîtrisons, hi hi hi :D Nous saisirons l'opportunité le moment venu ;-)

      Supprimer
  8. Je suis contente de retrouver le chemin de ton blog (ça me manquait) et d'autant plus avec cet auteur que j'affectionne particulièrement. Ayerdhal si entend pour provoquer, émouvoir, réveiller les consciences dans ses romans. J'aimerais beaucoup me confronter à celui-ci.
    Je me dis tout le temps en pensant à lui "quelle regrettable perte"...

    Bref, ton billet est comme toujours d'une grande qualité Lupa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi donc !!! Je suis absolument ravie de te retrouver ! Je me languissais de tes commentaires, toujours rayonnants d'ondes positives et bienfaisantes *_*
      Ayerdhal est un homme d'une valeur inestimable, et son absence se fera toujours cruellement ressentir dans nos cœurs. Heureusement que nous avons ses livres, pour le garder éternellement en nous...

      Merci infiniment C'era :)

      Supprimer
  9. Ayerdal est un auteur que j'ai envie de découvrir, mais là, tu as piqué ma curiosité !
    Ce que tu en dis, me donne très envie de lire celui-ci !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est vraiment très gentil à toi d'être revenue écrire ton commentaire, j'étais triste qu'il ne soit plus là...
      Ayerdhal est un auteur à découvrir sans hésiter ! Je suis tellement heureuse d'avoir réussi à te communiquer mon enthousiasme :) À bientôt j'espère !!!

      Supprimer
    2. Pas de problème, ça m'est déjà arrivé une fois, je sais combien c'est rageant é_è

      Supprimer
    3. C'est exactement ça ! Merci encore :)

      Supprimer
  10. Je note immédiatement ce titre ! Tu me donnes vraiment très envie de le découvrir, surtout que je suis de plus en plus friande de SF... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette !!! J'aime tant faire naître l'envie de découvrir un auteur que j'apprécie tout particulièrement. Merci de ta confiance :)

      Supprimer