dimanche 1 juillet 2018

Le voyage de Simon Morley de Jack Finney

Synopsis : Pour remonter dans le passé lointain, il n'est pas nécessaire d'utiliser une machine à voyager dans le temps. Il suffit de s'imprégner de l'époque dans laquelle on désire se rendre, de se dépouiller de toutes les pensées, comportements qui vous ancrent dans le présent, bref, de se conditionner mentalement et physiquement, pour être projeté dans le temps que l'on croyait perdu. Telle est la théorie du Pr. Danzinger. Informé de ce projet, qui a secrètement l'aval et le soutien logistique du gouvernement américain, Simon Morley doute, hésite... Mais la médiocrité de son existence, la curiosité, et le mystère qui entoure le suicide d'un aïeul de son amie Kate, finissent par le décider. Installé dans un appartement du, Dakota , un vieil immeuble new-yorkais demeuré intact, il va s'y comporter comme un homme de la fin du XIXe, et un soir de neige, après des jours d'efforts et d'attente, le miracle se produit...
Récit conjuguant le témoignage écrit et visuel (de nombreux dessins et photos accompagnent le texte).
Science-fiction - 348 pages - Editions Denoël (Lunes d'encre) (2015)
Simon Morley est un dessinateur/ illustrateur qui s'ennuie dans la vie. Il ne se sent pas vraiment à sa place et ne parvient pas à trouver un sens à son existence routinière, malgré son esprit vif et intelligent. Lorsqu'un beau jour, un homme vient lui proposer de participer à un projet fou et strictement confidentiel, son hésitation ne fait pas long feu face à l'attrait de l'étrange proposition. Curieux, il se rend au rendez-vous convenu, découvre un entrepôt dans lequel se déroule un mystérieux programme en phase de préparation, et rencontre le Professeur Danziger qui est à l'origine d'une innovation incroyable : Former des recrues méticuleusement triées sur le volet pour les envoyer dans le passé ! Evidemment Simon accepte de tenter cette folle expérience, d'autant qu'il aimerait profiter de l'opportunité pour éclaircir un mystère autour d'une lettre concernant la famille de sa petite amie Kate.

En tant que fervente adepte des voyages temporels depuis toujours, je ne m'attendais pas à une immersion aussi réussie ! Ici, pas besoin d'une technologie innovante pour faire le saut : un lieu ayant traversé les décennies, une aptitude innée pour l'auto-hypnose, et de solides bases d'imprégnation de l'époque où vous désirez atterrir, et le tour est joué ! 

C'est donc dans le célèbre Dakota Building classé monument historique national, que la bascule s'effectuera. L'immeuble situé au coin nord-ouest de la 72e rue et de Central Park West de Manhattan, construit en 1880, et toujours là de nos jours, devient le lieu et le point de passage idéal pour que Simon Morley y emménage et se prépare à ouvrir la brèche vers le passé.
« Il existe à New York d’autres bâtiments pratiquement inchangés, dont certains aussi beaux et beaucoup plus anciens ; pourtant, le Dakota est unique. Savez-vous pourquoi ? » J’ai secoué la tête.« Imaginez : vous vous tenez devant la fenêtre d’un appartement élevé, et vous regardez dans le parc ; par exemple à l’aube, quand les voitures sont rares. Tout autour de vous, un immeuble qui n’a pas changé d’un iota depuis sa construction, y compris la pièce où vous vous trouvez, et peut-être même le carreau à travers lequel vous regardez. Voilà ce que l’endroit a d’unique à New York : Tout ce que vous voyez dehors est également inchangé. »
Arrivée à ce tournant décisif du roman, celui où l'expérience va débuter, j'arrête là mon esquisse du scénario, pour vous livrer mes impressions sur ce roman.

L'histoire en elle-même n'est pas tant sensationnelle que la tangibilité qu'elle dégage ! Ce n'est pas un récit temporel complexe où les fils s'emberlificotent entre passé, présent, et futur. Evidemment, le souci de ne pas interférer dans le fleuve du temps est omniprésent, et devient un sujet de débat houleux au sein de l'équipe du projet. Mais la théorie de la brindille, comme quoi le temps serait un torrent gigantesque, et Simon une minuscule brindille jetée dedans et ne pouvant en affecter l'impétuosité, s'oppose aux précautions de l'inventeur de ce grand projet. Reste à découvrir si cette théorie s’avérera exacte une fois confrontée aux remous intempestifs des événements, à vous de le découvrir ;-)

Primant sur toute autre considération, le voyage aura été pour moi une incursion d'une rare authenticité dans un New York de 1882 plus vrai que nature. J'en suis même venue à me demander si l'auteur n'avait pas réussi à éprouver par lui même cette technique d'auto-suggestion permettant un stupéfiant bond dans le temps.

La lecture fût tellement fluide que je reprends volontiers l'image d'un fleuve sur lequel je me serais laissée guider lentement au fil de l'eau. Et si je n'ai pas ressenti l'intensité du courant, ni le tangage spatio-temporel présumé, c'est probablement parce que toute mon attention s'est focalisée sur l’ébahissement de Simon. Les berges de l'intrigue se sont laissées distancer par l'influence de son avidité et de son enthousiasme face à la stupéfiante redécouverte du passé de sa ville tant aimée. Piquée d'une curiosité contagieuse, je l'ai suivi comme un guide me tenant par la main et pointant du doigt toute les singularités d'antan.

Rarement un aperçu du passé ne m'aura semblé si réel, sans doute grâce aux descriptions et au souci du détail dont l'auteur est prolixe. Que ce soit dans la représentation des rues et des bâtiments, dans les comparaisons architecturales, les portraits, les attitudes, la mode vestimentaire de l'époque, et l'ambiance même !... Rien n'échappe à la grande sensibilité ainsi qu'aux yeux émerveillés du héros, confronté à toutes les métamorphoses que le gommage des années fait revivre. N'oublions pas que Simon est dessinateur et que son regard est aiguisé ! Et comme si ses descriptions détaillées ne suffisaient pas, il les augmente de croquis et de photographies prises sur le vif, et venant se superposer à son récit, donnant ce sentiment de peinture sociale et historique extrêmement vivante.
« Il y avait une photo que je désirais prendre par-dessus tout ; c’était même pour cela que j’avais pris l’appareil. J’ai donc emprunté le métro aérien de la Sixième Avenue jusqu’à la Vingt-Troisième Rue, puis gagné à pied l’intersection de Broadway et de la Cinquième Avenue toute proche. Là, à l’abri d’un magnifique réverbère en forme de candélabre – pourquoi diable l’avait-on enlevé ? – j’ai posé l’appareil sur le rebord d’un abreuvoir à chevaux et pris le cliché ci-dessus, en pose très longue pour éliminer la circulation fort dense. Voici donc, au fond à droite, le fameux bras de la statue de la Liberté, bien au-dessus des arbres de Madison Square. »

Une restitution aussi fidèle et réussie mérite d'être applaudie ! J'ai l'impression d'avoir visité la ville (qui ne sera surnommée The Big Apple que dans les années 1970) aux côtés d'un guide qui m'a ouvert les yeux et l'esprit sur un moment du passé qui a repris vie le temps de cette lecture. Cette expédition dans un jadis d'avant les deux terribles guerres, à l'intérieur d'une intemporelle bulle new-yorkaise à l'air propre, et aux rues éclairées de réverbères à gaz, me laissera de charmants et authentiques souvenirs. 

Même si le roman se suffit à lui-même, j'ai eu envie de retrouver Simon dans Le balancier du temps, mais le charme du précédent voyage n'était pas dans mes valises ! Trop de longueurs et d'attente m'ont laissées sur le quai du tome 2.


Un voyage savoureusement recommandé par : C'era una volta

Grand Prix de l'Imaginaire, roman étranger, 1994

20 commentaires:

  1. il est intéressant de voir comment tu donnes envie de découvrir un livre avec ta façon bien a toi de dépeindre et de décrire ce que tu as aimé. bravo a toi pour cette superbe chronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohhh, merci beaucoup Chris, c'est vraiment gentil ! Toi qui aimes l'histoire, je suis certaine qu'il te plairait ce roman, et j'espère t'avoir donné envie de le découvrir. À bientôt :)

      Supprimer
  2. Oooh, je me souviens de ce livre, je l'ai lu il y a quelques années ! J'avais pas pris le temps d'écrire une chronique à l'époque, faudrait que je le relise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait l'occasion de comparer nos avis ! Mais je suis bien placée pour savoir que nos piles à lire ne nous laissent pas assez de temps pour les relectures ;-) Merci à toi !

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas mais j'avoue que je connais mal cette maison d'édition pour le coup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est également édité chez Folio SF, et je te conseille vivement ce voyage ! Merci :)

      Supprimer
  4. Commentaire de C'era una volta :

    Je ne peux qu'être heureuse de ton appréciation de ce roman. Le voyage dans ce New York là a été pour moi qui suis amoureuse de cette ville, un ravissement. Que tu ais réussi l'immersion au côté de Simon, ça avait son importance car sinon le risque était grand de passer à côté. Merci pour ce retour positif. (Je n'ai pas lu le 2ème titre...). Bisou
    Et puis c'est pas incroyable... juste Le voyage de... Mais pour moi, il a dû l'être :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi aussi, il l'a été !
      Et c'est grâce à toi et à ton enthousiasmante chronique que j'ai pris mon billet pour ce voyage ! Tu m'avais vendu le sourire pour aller avec, souviens-toi ;-) Je suis ravie, et pense te recruter pour être ma "tour-opératrice livresque personnelle" ! Tu veux bien, dis ? :D
      Un big big merci à toi :)

      Supprimer
    2. Désolée la Tour opératrice s'était carapatée :p
      "la tour opératrice livresque est en mode escargot asthmatique" côté lectures. Mais promis si je fais un beau voyage, je t'embarque

      Supprimer
    3. Il faut bien que la tour-opératrice se carapate de temps en temps pour aller défricher le terrain afin de nous proposer des voyages "livre en main" sans mauvaises surprises à l'arrivée ;-)
      Tope là ! Ma valise est déjà bouclée pour le futur embarquement :)

      Supprimer
  5. Si mes deux copines de tentation se liguent ! ben j'ai pu qu'à me pencher sur ce voyage ! J'avais déjà remarqué ce livre et j'avais un peu des longueurs repéré sur des avis. C'est les vacances, le moment de voyager ! alors je le note dans ma wish de suite ! bises et merci de cette belle chronique étayée et rudement bien tournée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, c'est vrai que nous prenons plaisir à comploter pour te faire craquer, mais pour une aussi belle escapade, tous les moyens sont bons ;-) Ce n'est pas une lecture trépidante, c'est certain, mais son authenticité l'emporte et lui donne un charme fou ! Merci à toi, et bises en retour :)

      Supprimer
  6. Il m'a toujours attiré celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu en as l'occasion, n'hésite pas à faire ce voyage ;-) Merci !

      Supprimer
  7. Tout comme toi, j'ai trouvé l'histoire crédible de par les prédispositions que doit avoir l'agent et les préoccupations de Simon. Jack Finney prend son temps pour poser les bases et c'est réussi car l'ambiance y est parfaitement décrite.
    Et j'ai eu la même impression que toi pour le second tome : lenteur et longueurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois de plus, nous sommes sur la même longueur d'onde, et c'est vraiment chouette ! :)
      On pourrait soupçonner Mr Finney d'avoir les mêmes prédispositions que Simon tant le voyage ressemble à du vécu... Lorsque j'ai vu qu'il était né en 1911, j'ai réalisé que son récit prenait pied dans l'époque de ses parents, et je me suis même demandée si certaines photographies de l'époque étaient sorties de sa réserve personnelles, bref ^_^
      Merci de ton enthousiasmant retour :)

      Supprimer
  8. Celui ci me tente énormément. Ta chronique fait très envie, c'est chouette. Il est noté et parti directement dans ma Wish List =) ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis absolument ravie ! On en revient avec la sensation d'avoir vraiment visité cette époque new-yorkaise, notamment grâce aux photos et dessins de Simon, c'est un voyage très immersif ! Merci de ta confiance ♥

      Supprimer
  9. Tiens!Tiens! Un roman que je n'aurais pas regarder avec grande curiosité. Cela me tente finalement, car, cette reconstitution fait partie des sujet qui me plaise. Et quand c'est réussit au point de s'y croire, j'en redemande!

    Merci beaucoup de cette petite découverte. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question reconstitution d'une époque donnée, je crois que l'on peut difficilement faire plus authentique et immersive ! En revanche, ne viens pas y chercher de l'action tonitruante, elle ne fait pas partie de la visite guidée :D

      Merci à toi pour ton enthousiasme :)

      Supprimer