mercredi 21 décembre 2016

Les voies d'Anubis de Tim Powers

Synopsis : Vraiment, pourquoi Brendan Doyle, jeune professeur californien, aurait-il refusé de faire à Londres cette conférence payée à prix d'or? Comment deviner que l'attend la plus folle et la plus périlleuse des aventures ?
Voyez plutôt: à peine arrivé, le voici précipité, par une mystérieuse brèche temporelle, dans les bas-fonds de Londres. De Londres en 1810 ! Sorciers, sectes et rumeurs de loup-garou ... Et, nul doute, quelqu'un cherche à l'enlever sinon à le tuer !
Au hasard de sa fuite, Doyle régressera jusqu'en 1685 puis sera projeté dans l'Égypte de 1811 où des magiciens vénèrent encore le dieu Anubis.
Traqué, maintes fois capturé et toujours s'échappant, il cherche à corps perdu la "brèche" du retour.

Science-fiction - 478 pages - Editions J'ai Lu (2007)

Avis : Ne me demandez surtout pas depuis combien de temps ce titre était dans ma bibli... je sais juste que cela faisait une éternité, et que je suis impardonnable de l'y avoir laissé si longtemps ^^ Si si, impardonnable, constatez par vous-mêmes :

1) Un roman fantastique et de science-fiction ayant pour thème principal le voyage temporel (j'adore !).
2) Qui contient un savant mélange de références historiques, de mythologie égyptienne, et évoque de nombreuses cultures (Tout ce que j'aime ^^).
3) Qui fait revivre des auteurs et œuvres de la littérature britannique du xixe siècle (c'est énorme !)
4) Qui nous immerge dans le Londres de 1810 plus vrai que nature (là, je n'y tiens plus !)
5) Et considéré comme le meilleur roman de l'auteur, aux critiques unanimes et aux nombreux Prix (*)...
STOP ! N'en jetez plus, la cour est pleine 😵
Trêve de vains remords ; me voici de retour après un voyage de dix-sept chapitres vraiment géniaux !
Après un prologue se déroulant en 1802, où deux sorciers font une invocation au dieu Anubis qui ne se déroule pas vraiment comme prévu, le premier chapitre débute plus de 180 ans après, à bord d'une BMW qui file en direction de Londres.
Dans cette voiture Brendan Doyle a rendez-vous avec son destin, mais il ne le sait pas encore ! 
Jeune professeur américain, et spécialiste des poètes romantiques anglais du xixe siècle, il vient des Etats-Unis pour se rendre à un mystérieux rendez-vous avec un milliardaire non moins énigmatique dénommé J. Cochran Darrow. 

Comme Doyle va l'apprendre lors de cette rencontre, l'homme aurait découvert des brèches temporelles, et a fait appel à lui pour accompagner une poignée de richissimes passionnés à une conférence du célèbre poète Samuel Taylor Coleridge ayant eu lieu le... 1er septembre 1810 !
Dans ce flot qui ne connaît nul repos, à quel objet ainsi précipité l'homme pourrait-il attacher quelque valeur ? Ce serait comme de tomber amoureux d'une hirondelle qui passe dans le ciel mais qui déjà disparaît à la vue. - Marc Aurèle.
Doyle ayant écrit une biographie sur Coleridge, le désir de le rencontrer en chair et en os, et de retourner, l'espace d'une soirée, dans le Londres de cette époque, estompe ses appréhensions. D'autant que ce serait l'occasion idéale pour lui de recueillir les informations sur l'indéchiffrable et méconnu William Ashbless, poète sur lequel portent ses recherches depuis deux ans, et qui repoussent la publication de son prochain livre en raison de trop nombreuses zones d'ombres.

Ici Tim Powers fait preuve d'une sacrée maîtrise, et je me demande s'il n'a pas emprunté lui-même une de ces brèches temporelles tellement son rendu des bas-fonds du Londres de 1810 est immersif !
Il nous livre une atmosphère à la Dickens, nous baladant de trottoirs crasseux en ruelles nauséabondes, aux côtés de mendiants affamés, et même jusque dans leurs antres sordides.
Sans oublier d'autres lieux sortis de son esprit, et qui nous glacent le sang, à l'image d'une grotte terrifiante repaire des plus infâmes tortures, ou d'un camp de Bohémiens théâtre des délires d'un sorcier.
La plupart des gens froissent la coquille de l'œuf qu'ils viennent de manger. Cette pratique avait à l'origine pour but d'éviter qu'elle ne servît de barque aux sorcières.
Francis Grose.
La galerie des personnages est on ne peut plus chamarrée, faisant se côtoyer un clown malfaisant sur échasses avec le célèbre Lord Byron en personne, un Joe Face de Chien insaisissable et changeant de corps entre chaque victime, ou bien encore un jeune mendiant androgyne fort courageux...
Jeunesse et Nature et Jupiter Magnanime
De ma Lampe de Vie s'étaient faits les champions ;
Mais Romanelli qu'un zèle opiniâtre anime
L'a soufflée… à tous trois damant d'un coup le pion.
Lord Byron.
Lettre de Patras du 3 octobre 1810.
Toute cette clique évolue au sein d'une histoire construite avec un souci du précision qui force le respect !
On est pris dans le courant de ce fleuve qu'est le temps, avec pour compagnon de voyage un Doyle à bien des égards stoïque et valeureux ! On souffre et espère avec lui, tout en se demandant quelle va être l'issue de tous ses déboires.
Les engrenages du temps ne se grippent jamais sous la plume de Tim Powers, au contraire, son encre semble les avoir huilés à la perfection, de sorte qu'aucun paradoxe ne survient, tout en évitant l'écueil d'explications dans lesquelles on pourrait s'enchevêtrer.
Les références historiques et littéraires parsèment savamment le récit , et sont renforcées par des citations à chaque début de chapitre (dont je saupoudre cette chronique), ajoutant du savoir au plaisir !
Les minéraux sont viandes pour les plantes, et les plantes pour les animaux, et les animaux pour les hommes ; les hommes aussi seront viandes pour d'autres créatures, mais pas pour les dieux dont la nature est par trop éloignée de la nôtre ; ils doivent en conséquence l'être pour les démons.
J. Cardan,
Hyperchen.
En résumé : Une découverte captivante qui me permets de terminer l'année en beauté ! Un roman maîtrisé de A à Z et d'une grande intensité, à découvrir AB-SO-LU-MENT !!!

(*) Ce livre a obtenu en 1984 le Prix Memorial Philip K. Dick, le Prix SF Chronicle du meilleur roman, la seconde place du Prix Locus du meilleur roman de fantasy, et en 1987 le Prix Apollo, un joli palmarès !
1 / 24 (catégorie C)
3 / 3

22 commentaires:

  1. Allez, il est dans ma PAL, (mais depuis moins longtemps que toi, puisque c'était lors de la petite OP de novembre), mais j'ai hâte de m'y plonger puisque tu le revendique bien haut et fort!!!!;) Merci pour ta participation très active à notre petit challenge!!!;) Gros bisous ma Lupa chérie!!!;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le plaisir fût pour moi ! Vous formez un super duo Daniella et toi ;)
      Emprunte ces Voies d'Anubis sans hésiter, tu ne seras pas déçue, promesse de louve ! Gros bisous à toi aussi petite fée chérie :)

      Supprimer
  2. Je ne me serais pas retournée en passant devant ce livre c'est une certitude et pourtant quand je lis ta chronique, je le vois d'un œil fort différent, il a l'air d'avoir tout pour lui. Tu as un talent pour bien le présenter je crois car tu as retenu toute mon attention alors que d'ordinaire l'expression voyage dans le temps me ferait d'emblée courir loin.
    Merci beaucoup pour la découverte et cette magnifique chronique très bien construite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En revanche, les voyages temporels me font accourir de très loin, hi hi :)
      Mille mercis pour ton commentaire qui me fait vraiment chaud au cœur ! C'est un véritable coup de booster, infiniment précieux pour me donner l'envie de continuer à publier des chroniques, et à faire vivre ce blog :)
      Bref... Merci encore, et à bientôt j'espère :)

      Supprimer
  3. Il ne me tente pas tellement, mais contente que tu aies aimé :)
    D'un autre côté... J'aime les histoires de sauts dans le temps et ta chronique est convaincante ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que ce saut en 1810 est vraiment réussi, immersion garantie ! Si tu le tentes, je surveillerai ton avis avec grand intérêt ;-)
      Merci pour ton compliment, c'est très gentil :) À la prochaine :)

      Supprimer
  4. oh sympa ! j'adore ! le voyage dans le temps, la mythologie, tout ce qui pourrait m'attirer ! merci de la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette !!! Je suis vraiment ravie de t'avoir tenté ;) Merci pour ton enthousiasme, et bonne future découverte :)

      Supprimer
  5. Il me tente tellement et depuis une éternité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cède, cède... ne cherche plus à résister, c'est la meilleure chose à faire !
      Merci de ta visite :)

      Supprimer
  6. mince alors, un livre qui parle de mythologie egyptienne que je ne connais pas. Ouh l'inculte. il me tente bien ton livre je vais voir ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il te tente, j'en suis heureuse ! La mythologie égyptienne n'est pas le thème principal mais indéniablement l'auteur connaît bien le sujet ^^ J'espère qu'il te plaira ! Merci d'être passée, et à bientôt :)

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Il est vraiment bon ! À découvrir, et faire découvrir sans modération ;) Merci pour ce petit mot :)

      Supprimer
  8. Je crois que Tim Powers et moi, cela fait deux. J'ai tenté 3 romans de l'auetru dont celui-ci et chaque fois cela a fait flop.
    Il faut préciser que j'ai un peu de mal avec certains ingrédients purement fantastiques.
    Bref, je ne l'ai même pas achevé celui-ci.

    Dommage, quand je vois ton enthousiasme, je me dis que je suis passée à côté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, parfois cela ne passe pas, et puis c'est tout ! Pas la peine de s'acharner, il y a tant d'autres auteurs / romans à découvrir qu'une vie ne suffira pas ^_^
      Merci de ta visite :)

      Supprimer
  9. Tim Powers fait parti des trois auteurs fondateurs du mouvements steampunk et franchement quand je lis ta chronique, j'ai très envie de découvrir son livre (alors que c'est un de ceux qui me tente le moins de la collection Cuivre de Bragelonne!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien contente d'avoir fait surgir l'envie ! J'ai trouvé l'histoire vraiment top, mais ne t'attends pas à du steampunk avec dirigeables et machines à vapeur ;-) Merci de ta petite halte par ici Béa :)

      Supprimer
  10. Commencé il y a longtemps... je n'avais pas pu finir ce livre... Les années ont passé, il faudrait que je le reprenne car a vrai dire je n'en ai aucun souvenir sauf que je n'arrivai pas a rentrer dans l'histoire ...
    Je lui redonnerai une chance un de ses 4 ! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, je suis tout de suite rentrée dedans, parfois c'est juste une question de bon timing ^^ Voilà pourquoi lui offrir une seconde chance me paraît judicieux ;-) Merci, et bises en retour !

      Supprimer
  11. Brendan Doyle c'est Indiana Jones en vrai hein? :p
    J'avoue qu'une histoire qui parle d'un professeur qui voyage dans le temps pourrait parfaitement me séduire! Après tout, les films sur le sujet m'ont toujours enchantée.
    (je compte sur toi pour me matraquer le nom de l'auteur cette année afin que je ne l'oublie pas!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Doyle, c'est un archéologues des textes du xixe siècle, toujours plongé dans ses bouquins, mais pas vraiment un aventurier fait pour le terrain à la base ^^ Mais finalement il s'en sort plutôt bien, vu les circonstances ;-)
      Bien évidemment, je serai très curieuse d'avoir ton retour sur ce voyage temporel vraiment peu banal :)
      Ok, je te matraquerai, mais en douceur quand même !
      Merci une nouvelle fois pour tes appréciations bienveillantes :)

      Supprimer