jeudi 17 mars 2016

Le Vieil Homme et la Mer d’Ernest Hemingway

Synopsis : Le roman met en scène deux personnages principaux : Santiago, un vieux pêcheur pauvre, et Manolin, jeune garçon tendre. L’histoire se déroule à Cuba, dans un petit port près du Gulf Stream.
Manolin accompagne Santiago à la pêche, mais ils n’ont rien pris depuis 84 jours. Les parents de Manolin qui trouvent que Santiago est « salao » ou « salado », c'est-à-dire malchanceux, décident qu’il embarquera sur un autre bateau, celui-ci ramène en effet trois grosses prises en une semaine!
Chaque soir Manolin voit le vieux revenir bredouille, cela lui cause une grande tristesse, il l’aide à remonter la barque, les lignes et le harpon. La voile, usée et rapiécée, roulée autour du mât, figure le drapeau en berne de la défaite. Le jeune garçon lui trouve de quoi manger et prend soin de lui, il a peur de le voir « partir », il n’est pas question de pitié, mais d’amour et de respect.

Drame – 148 pages – Editions Folio (2012)

Avis : Suite à ma découverte d’Hemingway avec Le jardin d’Eden, qui m’avait laissé sur une perception approximative de l’auteur, c’est avec joie que j’ai sauté sur la proposition de Misspendergast de faire une lecture commune avec cet autre titre, et pas n’importe lequel puisque Le Vieil homme et la mer est une œuvre majeure d’Hemingway. 
En fait, c’est la dernière publiée de son vivant en 1952. Ayant reçu le prix Pulitzer en 1954, elle sera d'ailleurs emblématique lors de la remise du prix Nobel de littérature à son auteur la même année.

Étudiée par la plupart d’entre nous à l’école, cette histoire n’est plus à raconter, d’ailleurs je ne me lancerai pas dans un résumé de ce court récit (quasiment le format d’une nouvelle), le plus simple pour le découvrir étant encore de le lire.
Ce billet ne sera donc que le reflet de mon ressenti face à cette lecture.

La relation entre le vieux pêcheur et le petit garçon est pour moi l’aspect le plus touchant de l’histoire. J’ai été émue par ce petit Manolin prenant soin du vieil homme, et surtout par l’amour qui se dégage de cette relation.
C’est l’enfant qui nourrit, qui veille, qui rassure, et qui encourage cet homme fatigué que la chance a abandonné depuis 84 jours qu’il n’a rien péché… Cette partie est émouvante et particulièrement belle, d’autant que l’extrême pauvreté et l’excessive rudesse de leur condition de vie ne peuvent laisser indifférent.

J’ai éprouvé des sentiments partagés lors de la partie centrale du récit qui relate le combat entre le vieil homme et ce grand poisson. Même si j’avais bien conscience qu’il était question de courage et de dignité humaine, et que je savais que ce pêcheur avait besoin de se sortir de cette malchance et de gagner son pain quotidien avec une nouvelle prise, j’avais envie que la ligne casse et que le poisson reprenne sa liberté tout en laissant le vieil homme sain et sauf.
Dès que ce magnifique poisson hors du commun est ferré et qu'il commence à tirer la barque au large, le bras de fer qui s’engage m’a envahi de tristesse. Une tristesse qui s’est ancrée au fur et à mesure des pages et du questionnement du vieil homme.

Il sentait la force du grand poisson qui l’emportait invinciblement Dieu sait où, vers l’endroit qu’il avait choisi.
 « Je l’ai pris en traître, pensa le vieux. C’est à cause de mes pièges qu’il a été obligé de choisir.
 « Il avait choisi de rester dans les eaux profondes, dans le noir, loin des hameçons, loin des traîtres. Et puis voilà que moi j’ai choisi d’aller le chercher tout là-bas dans le fond, plus loin que tous les poissons du monde. Maintenant lui et moi on est uni. Depuis le milieu du jour on est accroché ensemble. Et personne peut nous aider, ni lui, ni moi.
 « Peut-être que j’aurais mieux fait de ne pas devenir pêcheur, songea-t-il. Mais qu’est-ce que j’aurais bien pu faire d’autre ?

Ce duel m’a paru interminable, malgré les beaux passages où le vieil homme parle au poisson et qu’il l’appelle « mon frère » en lui exprimant tout le respect qu’il a pour sa vaillance.


« J’aimerais bien lui donner à manger, au poisson, pensa-t-il. À mon frère le poisson. Mais faut que je le tue et que je garde mes forces pour ça. »

J’ai bien conscience du message sur la condition humaine et sur ce que représente cette bataille de l’homme face à la nature, voire même de la portée philosophique que peut véhiculer ce récit, mais je serais malhonnête en disant que j’ai pris du plaisir à le lire, malgré la véritable réflexion qu'il suscite.

En revanche, j’ai vraiment apprécié les moments de connivence avec le gamin, ainsi que les passages où le vieil homme rêve de lions et se remémore lorsqu’il grimpait au mât d’un bateau à voiles le long les côtes africaines et qu’il les voyait apparaître le soir sur les plages.

Il ne rêvait plus jamais de tempête, ni de femmes, ni de grands événements, ni de poissons énormes, ni de bagarres, ni d’épreuves de force, ni même de son épouse. Il ne rêvait que de paysages et de lions au bord de la mer. Les lions jouaient comme des chats dans le crépuscule, et il les aimait comme il aimait le gamin.

Je suis heureuse d’avoir lu ce roman, même s’il ne fût pas le coup de cœur espéré, il éveille la conscience et ne peut laisser insensible.
Et puis, je pense que l’on ne peut pas parler d’Hemingway, ni se faire un avis objectif sans l’avoir lu, mais je crois que cet auteur ne me correspond finalement pas.
Après cette LC, je me suis intéressée de plus près aux résumés de ses autres romans les plus connus, j'ai constaté que Mort dans l'après-midi reflète sa passion pour la tauromachie, que Les Vertes Collines d'Afrique est un récit autobiographique autour d’un safari qu’il a effectué en 1933 avec son épouse, et qui s’ouvre sur une partie de chasse au gros gibier… Bref, je réalise qu’en dehors de L'Adieu aux armes, qui semble être le seul que je lirai peut-être, les histoires racontées par Hemingway ne me correspondent pas.
Si je devais faire une comparaison (oui je sais, ce n’est pas bien, mais tant pis ^^) avec un autre auteur américain de la même époque, je dirais sans hésiter que je préfère, et de loin, la plume et l'univers de Francis Scott Fitzgerald !

Pour finir sur une note positive, et si vous avez envie de prolonger le roman, je vous invite à visionner le film d'animation réalisé en 1999 par Alexandre Petrov (ayant remporté l'Oscar du meilleur film d'animation en 2000) qui emploie une technique de peinture à l'huile animée s’adaptant magnifiquement au récit, et que vous pourrez découvrir par ici

Un grand merci à Misspendergast pour ce moment de lecture partagé, il a élargi ma vision de l’univers d’Hemingway, et a suscité de nombreux sentiments, parfois contradictoires, mais non moins riches et sincères.

Venez vite découvrir le
beau billet de Misspendergast

30 commentaires:

  1. Ah parfois il faut tenter. Je n'ai jamais lu l'auteur et j'avoue que pour le moment ce n'est pas vraiment d'actualité non plus mais qui sait, peut etre un jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et je suis contente de l'avoir fait car c'est quand même une histoire qui fait réfléchir et dont je me souviendrai longtemps ^^ Merci d'être toujours fidèle au poste pour me lire, ça fait vraiment plaisir :)

      Supprimer
  2. moi bizarrement c'est un auteur qui ne m'attire pas le moins du monde je passe donc mon tour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ! Et puis la quantité de livres à lire est tellement colossale qu'autant aller vers ceux qui t'attirent le plus ;-) Merci de ta visite Chris, et à bientôt :)

      Supprimer
  3. Je l'ai lu il y a quelques années, et je me souviens avoir beaucoup aimer. Il faudrait que je le relise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à renouveler le plaisir alors !!! Merci d'être passée dans le coin, et à très vite ;-)

      Supprimer
  4. Je souhaite vraiment découvrir cet auteur cette année!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une bonne idée ! Je suivrai ton avis le concernant avec grand intérêt :) Bonne découverte quand elle aura lieu alors, et merci pour ce petit mot !

      Supprimer
  5. Coïncidence, j'ai écouté il y a quelques jours une émission qui relatait entr'autre de la relation entre Hemingway et Fitzgerald, de leur "concurrence" d'écrivain aussi. C'était passionnant.
    En rangeant mes livres, dvds, j'ai retrouvé celui du Vieil homme et la mer et je me suis dit qu'il fallait que je le revois.
    Lire ton article ce soir fait écho à cette envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parles-tu de l'émission "Duels" sur France 5 ? J'ai vu qu'elle est toujours disponible en replay et je compte justement la regarder ce soir ;) Bonne redécouverte alors, et merci de ton retour, c'est top :)

      Supprimer
  6. Coucou Lupa, j'ai enfin pu voir le court-métrage et je suis ravie que tu me l'ai fait découvrir via ta chronique car je l'ai beaucoup aimé. Sinon je trouve ta chronique très belle et juste, nous avons un ressenti assez semblable dans la mesure ou je pensais accroché plus au vu des très bons avis concernant cette oeuvre. Nous avons les deux aimés la relation entre le viel homme et le garçon c'est vrai que c'était émouvant. Il a écrit sur la tauromachie.... :( oh la la clairement ça ne donne pas envie de lire certains de ses autres ouvrages..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, tu es adorable <3 Il est vraiment beau ce court métrage n'est-ce pas ? C'est vrai que notre ressenti sur cette lecture se rejoint, et notre sensibilité aussi si toi non plus tu n'aimes pas la tauromachie. C'est quelque chose qui me révolte au plus haut point, comme la chasse d'ailleurs ^^ Bref, je m'égare...
      Merci pour cet enrichissant moment de partage :-)

      Supprimer
    2. Bien sûr que ça me révolte tout comme la chasse également, je suis du même avis que toi :) juste pour ça je n'ai pas envie de lire un auteur qui traite de ses sujets :/ Merci à toi et j'espère que l'on se fera une autre LC sur un livre qui nous aura un peu plus transcendé ^^

      Supprimer
    3. Avec grand plaisir, quand tu voudras :)

      Supprimer
  7. Une belle chronique qui, même si elle laisse transparaître le fait que cet auteur ne te corresponde pas, donne envie de découvrir la plume et l'univers de l'auteur. Je n'ai malheureusement jamais eu la chance de lire cet ouvrage, il me tarde de combler cette lacune et de plonger au cœur de l'histoire.
    Merci pour ce doux billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie ! Ton commentaire me touche d'autant plus que tu exprimes l'envie de le découvrir à ton tour, c'est très gratifiant de susciter ce genre de tentation ;-) Je te souhaite une belle lecture quand elle aura lieu, et surveillerai ton avis avec intérêt :) Merci encore !

      Supprimer
  8. Une lecture lointaine pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une lecture scolaire peut-être ? J'avais dû la zapper à l'époque... Merci de ta visite :)

      Supprimer
  9. Les classiques, on aime ou on aime pas mais si c'est un classique c'est qu'il y a toujours quelque chose a en tirer. J'ai aimé ta chronique car justement tu dégages bien ça, la sensation que derrière on a une leçon d'humanité même si tout ne ta pas transcendé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est pourquoi j'essaie de lire au moins un classique par trimestre, c'est toujours enrichissant. Merci beaucoup pour ce compliment car c'est exactement ce que j'ai souhaité faire passer dans ce billet ^^ Merci pour ce stimulant retour :)

      Supprimer
  10. Il est bon de revenir sur quelques classiques, celui ci a de la bouteille ! je ne l'ai jamais lu et c'est sans doute un tort, mais je mettais promis qu'après l'école je ne lirai que des livres modernes et selon des genres que j'aime... j'ai déjà fait quelques des entorses à mon règlement ! merci de cette chronique studieuse ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les règlements de ce genre sont faits pour être transgressés de temps en temps, surtout qu'il y a de vraies pépites à (re)découvrir ;) Mais je comprends ce que tu veux dire, les classiques ont souvent une étiquette "souvenir de lecture scolaire imposée" qui ne motive pas des masses ^^ Merci à toi d'être passée me lire :)

      Supprimer
  11. J'ai beaucoup apprécié ta chronique, qui marque bien la dualité de ce qu'on peut ressentir fasse à ce roman. Le message est simple mais je suis comme toi, j'aurais vraiment aimé que la ligne casse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhhh, dans mes bras ma douce Céline :) Ce que tu me dis me console de cette impression en demi-teinte ! Et puis ce n'est jamais facile de se montrer tiède face à un tel monument de la littérature ^^ Merci pour ce gentil commentaire :)

      Supprimer
  12. Si je peux me permettre, ça fait des années que je n'ai plus vu passer Le Vieil homme et la mer dans les lectures obligatoires d'école.
    Et personnellement, je l'ai lu en-dehors … il y a tellement longtemps que j'ai peu de souvenirs de cette lecture et encore moins du message véhiculé. Par contre, de mémoire je n'ai trouvé aucun passage longuet ou s'étirant.
    Mais je suis d'accord avec toi pour dire que les sujets sur lesquels écrivaient Hemingway me paraissent loin de nos préoccupations actuels. Cependant, L' Adieu aux armes est absolument magnifique (c'est mon préféré de cet auteur) et je te le conseille si tu veux changer ton impression ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que j'ai certainement un TGV de retard sur les lectures scolaires actuelles :D Je note pour L'Adieu aux armes, si je dois retrouver la plume d'Hemingway, ce sera avec ce titre :) Merci pour ce retour intéressant My !

      Supprimer
  13. J'ai lu ce livre en 5ème, une vraie torture ce bouquin !! comme j'ai détesté cette lecture !!!
    Je l'ai relu dans "ma" trentaine pour voir s'il était aussi nul lol et j'ai adoré ce bouquin par contre je n'ai pas été "choqué" par les passages avec les poissons. Mais il faudrait que je le relise parce que je pense que ma vision des choses ont changé et il y a de fortes chances que j'ai les mêmes ressenti que toi !
    Je n'ai rien lu d'autres de cet auteur qui ne m'attire pas plus que ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est sûr, c'est que c'est un roman qui ne peut laisser indifférent, et qui détient plusieurs niveaux de lecture ^^ Peut-être que si je le relisais dans quinze ans, j'éprouverais d'autres sentiments, qui sait ? En tout cas, merci à toi d'avoir partagé ici ton expérience avec ce grand classique :)

      Supprimer
  14. Lu l'année dernière, si je me rappelle bien. Je sors des "classiques" aussi de mon escarcelle de temps en temps.
    Dommage que le plaisir n'ai pas été au rendez-vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien de venir régulièrement se frotter à des incontournables de la littérature ^^ Et même si le plaisir n'a pas été aussi présent qu'espéré, je ne regrette pas du tout cette découverte ! Merci pour tous tes petits mots MJ :)

      Supprimer