mercredi 30 mars 2016

Carnaval de Ray Celestin

Synopsis : Au coeur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s'affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant...
Lorsqu'en 1919 un tueur en série s'attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l'agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D'Andrea, vont tenter de résoudre l'affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets... Alors qu'un ouragan s'approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

Thriller historique – 493 pages – Editions Le Cherche Midi (2015)

Avis : Cette ville de La Nouvelle-Orléans m’a toujours fascinée ! Que ce soit dans les films ou séries, mais surtout dans les romans où l’imaginaire aime prendre ses aises, elle est le théâtre rêvée pour les plus incroyables histoires. Une ville de tous les extrêmes, et qui agit un peu comme un aimant sur moi ! C’est donc avec une confiance quasi aveugle que je me suis lancée dans ce Carnaval, premier roman d’un auteur britannique dont la biographie est assez floue, et qui remporte le John Creasey Award (prix britannique du meilleur premier roman policier d’un auteur) à sa sortie.

Dans ce thriller historique, l’auteur s’inspire largement d’un fait divers ayant existé, une série de meurtres perpétrés par un serial killer dénommé  "Le tueur à la hache" ayant sévi entre 1918 et 1919 à la Nouvelle-Orléans, et dont j’ai retrouvé les détails du parcours sanglant sur l’excellent site MINDSHADOWS.

Le premier chapitre s’ouvre dans les locaux du journal local Le New Orleans Times-Picayune, quand un journaliste, John Riley, trouve parmi le courrier des lecteurs une lettre à l’introduction assez glaçante :

Les Enfers, 6 mai 1919
Estimé Mortel,
Ils n’ont jamais pu m’attraper. Cela n’arrivera jamais d’ailleurs. Personne ne m’a jamais vu car je suis invisible, tout comme les éthers qui entourent la Terre. Je ne suis pas un être humain mais un esprit et un démon venu des tréfonds bouillonnants de l’Enfer. Je suis celui que vous autres habitants de La Nouvelle-Orléans et votre police stupide appelez le Tueur à la hache…

Avouez que ça démarre plutôt bien, surtout lorsque l’on sait que la lettre est une transcription du document original de celle du tueur et non pas l’œuvre du romancier, ça c'est top !

À partir de là, nous allons faire connaissance des différents personnages que l’auteur a intégrés à son roman :
Il y a le lieutenant Talbot qui a la charge de l’enquête, mais aussi pas mal d’autres fardeaux à porter.
Luca D’Andrea, le flic qui sort tout juste de taule après six ans d’incarcération, qui refait surface en plein cœur de la tempête provoquée par ce mystérieux tueur qui s’attaque justement à la communauté sicilienne dont il fait partie.
Ida, la petite secrétaire d’une agence de détective privé, bien décidée à gravir les échelons. Et son ami d’enfance, Lewis :

C’était un jeune joueur de cornet au visage poupin qui n’avait pas encore changé la prononciation de son nom pour adopter la forme française : Louey. Pour Ida et pour tout le monde dans le quartier du Battlefield, il était Lil’ Lewis Armstrong.

Et oui !!! L’auteur a eu l’excellente idée d’intégrer à l’histoire le vrai, le grand, l’unique Louis Armstrong ! Et c’est tout à fait crédible puisque cette légende du jazz est né à la Nouvelle-Orléans en 1901 et qu’il a dû vivre de près le fait divers de sa ville natale puisqu’il avait à l’époque 18 ans, comme dans le roman.

À la découverte de la première scène de crime, j’ai trouvé que le début commençait vraiment bien. Le côté mystérieux des meurtres, le fait que les domiciles des victimes soient fermés de l’intérieur, ou que l’on retrouve des cartes de tarot sur les cadavres, la lecture de la lettre du tueur en introduction aussi…, bref, autant d’éléments qui laissaient présager du lourd !
Mais, cette première impression s’est un peu étiolée au fur et à mesure que l’enquête avançait et prenait une tournure presque ronronnante.
Pour tenter d'illustrer mon propos, disons que je n'ai pas ressenti cette sensation de malaise captivant comme dans la première saison de la série TV True Detective que j'avais adorée.

Dans ce roman ce ne sont pas les meurtres, ni l’enquête, ni même sa résolution (un peu facilement amenée et manquant de punch malgré une tempête arrivée à point nommé ^^) qui m’ont apporté des sensations, car je vous rassure, sensations il y a bien eu malgré tout !!!
C’est pour d’autres raisons que mon engouement s’est tout de même manifesté.
D’abord et surtout pour cette ville incroyable qu’était La Nouvelle-Orléans en ce début de XXe siècle ! Je me suis laissée enfiévrer par la représentation servie sur un plateau par l’auteur, de celle que l’on appelle si justement The Big Easy. Grisée j’ai été de parcourir le dédale de ses ruelles, de rentrer dans ses échoppes, de me perdre dans les bayous et de respirer le parfum moite du Mississippi. 

La Nouvelle-Orléans était violente et sans pitié, remplie de criminels et d’immigrés qui se méfiaient les uns des autres. Mais c’était aussi une ville pleine d’une énergie séduisante, possédant un charme lumineux et opulent. Malgré la ségrégation et la rancœur, les rues miteuses et un passé à la gloire ternie, il était facile de tomber sous le charme de La Nouvelle-Orléans.


Ray Celestin nous emmène dans les différents quartiers ; l’irlandais où ils ne fait pas bon se promener lorsque l’on est noir. Storyville, celui de la débauche et du jeu où la corruption règne en maître, Little Italy repère de la mafia locale, le French Quarter... D’autant que nous sommes à une période clé puisque l’aube de la prohibition se profile à l’horizon, promettant de redistribuer les cartes pour ceux qui règnent dans l'ombre. Violence, ségrégation, corruption, injustice, pauvreté, un véritable chaudron que l'entrée du tueur à la hache va mettre en ébullition.

À La Nouvelle-Orléans, chaque communauté se barricadait pour se protéger des autres : les créoles de couleur au nord ; les Irlandais au sud ; les Noirs à l’ouest ; les Italiens dans Little Italy au centre et il y avait des enclaves de Chinois, de Grecs, d’Allemands, de Juifs réparties dans toute la ville comme des pions sur un échiquier. Il n’y avait que dans le centre, dans le French Quarter, à Storyville et dans le quartier des affaires, où ça se mélangeait. Cette ségrégation provoquait la méfiance et cette méfiance engendrait la ségrégation. Et maintenant, en plus de ça, il y avait le tueur qui jetait de l’huile sur le feu, qui abattait les cloisons entre tous ces gens pour provoquer des frictions dangereuses.


L’autre point fort du roman est la place qu’occupe le jazz. J’ai trouvé assez ingénieux de nous permettre d’accompagner Louis Armstrong dans l’émergence de son talent. À l’image de cette nuit de folie pendant laquelle chaque habitant doit suivre les exigences du tueur en swinguant jusqu'au petit matin pour ne pas devenir la prochaine victime, l’exaltation nous gagne à l’évocation d’un solo de l’artiste dans un pur moment de grâce.   

Cela faisait deux minutes qu’ils jouaient « Tiger Rag » et Lewis entendit Baby Dodds annoncer la fin d’un chorus avec une phrase d’une demi-mesure comportant deux frappes sur la caisse claire. Il ferma les yeux et démarra son solo. Mais ce n’était pas l’un de ses solos habituels – aucun ne convenait. Ce soir, il allait trouver ce qu’il fallait jouer en improvisant, en s’appuyant sur la frénésie du public.

En conclusion, même si l'histoire de ce tueur à la hache n'a pas été pour moi aussi tranchante que prévue, elle m'a bien fait swinguer ! Dans une ville enivrante, j'ai pu me pencher sur le berceau du jazz aux côtés de l'un de ses plus illustres représentants tout en découvrant l'envers du décors et ses excès de l'époque. 
Un premier roman qui donne de l'appétit pour la suite de la carrière de cet auteur !


38 commentaires:

  1. La Nouvelle-Orléans est un endroit qui me tente énormément aussi ! Je note :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux car cette ville est ensorcelante ! Merci pour ton commentaire :)

      Supprimer
  2. La couverture interpelle mon œil et ma curiosité! Puis je lis ta chronique, et je tilte sur l'inspiration né vrai tueur en série qui ouvre le bal via un document retranscrit, puis sur le plus important, la force des lieux.
    Cela me semble être un bon roman d'ambiance et la ville choisie mérite bien d'être mise en avant ainsi puisqu'elle se prête magnifiquement à ce jeu sans oublier le choix judicieux de l'époque.
    J'avoue être intéressée. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un roman d'ambiance, c'est tout à fait ça ! Moi aussi la couverture m'a interpellée dès le départ. En revanche le titre français "Carnaval" ne colle par vraiment à l'histoire je trouve, si ce n'est peut-être dans l'idée de faire tomber les masques ^^ Contente d'avoir suscité ton intérêt ;-)
      Merci pour ton retour enthousiaste, ça fait plaisir :)

      Supprimer
  3. j'avoue que tu m'intrigues vraiment là ! J'adore les histoire à la Nouvelle Orleans du coup ça gagne deja un gros point dès le début ! Mais le reste semble tout aussi fascinant, notamment la présence de Louis Armstrong!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de t'avoir donné envie, et si tu le lis j'espère que tu aimeras ! Mais si tu adores les récits se déroulant à la Nouvelle-Orléans, c'est déjà presque gagné d'avance ^^ Merci de ton passage :)

      Supprimer
  4. Je pense qu'il me plairait ! J'espère qu'il sortira en poche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment il doit sortir en Poche au mois de mai 2016, aux éditions 10/18. Merci de ta visite :)

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup l'ambiance que tu décris, et même si parfois l'intrigue semble passer au second plan, il semble que le tout est réussi à te faire vibrer quand même. Oh ! tu parles de true detective, j'avais adoré aussi cette saison 1, bon donc je vais noter ce titre qui ne sera pas dans mes priorités, mais pourquoi pas si l'occasion se présente, bises ma Lupa et Merci de cet avis qui illustre bien le challenge de la licorne !;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! C'est avec plaisir que je participe à ton challenge, qui est aussi l'occasion de faire de chouettes découvertes, la preuve ;-) J'ai l'impression que cette 1ère saison de True detective fait l'unanimité, mais la 2ème beaucoup moins parait-il ^^
      En espérant que cette éventuelle occasion de rencontre Carnavalesque te comble, je t'adresse des bises en retour :)

      Supprimer
  6. Ta chronique m'intrigue et me donne envie de découvrir ce roman car tout comme toi la Nouvelle-Orléans me fascine <3! D'ailleurs il en est question dans mon thriller favori :3 Outre cela les coutumes de là-bas éveillent ma curiosité ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là, tu piques grandement ma curiosité toi aussi ! Quel est donc ce thriller favori ? Il me faut ab-so-lu-ment en savoir plus sous peine de me torturer les méninges jusqu'à l'épuisement :)
      Tu as raison, c'est une ville emplie de traditions, de croyances, de magie, comme le vaudou par exemple... D'ailleurs ces particularités ne sont pas suffisamment exploitées dans ce roman je trouve ^^
      Merci de ton intérêt sans cesse renouvelé, et à très vite, bisous :)

      Supprimer
    2. Et bien c'est l'un des romans de la saga Pendergast dont j'ai déjà dû te parler ;) Exact le vaudou, c'est fascinant je trouve comme endroit. Dommage que ça ne soit pas assez mis en avant :/ des bisous Lupa :)

      Supprimer
    3. Ma mémoire de poisson rouge a oublié ce titre, d'autant qu'apparemment la saga Pendergast (que je ne connais pas) compte pas mal de tomes ^^ Bisous à en retour :)

      Supprimer
  7. J'ai vraiment bien aimé ce titre, et avant tout pour son atmosphère très réussie. J'ai trouvé les personnages très réussis également :)
    Je lirai le prochain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que l'on ressent le potentiel de l'auteur et son aisance à mettre les lieux et les personnages en valeur !Moi aussi je pense lire le prochain. Merci de ton passage Zina :)

      Supprimer
  8. J'avais beaucoup aimé ce titre !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente qu'il t'ait plu également ! Merci de t'être arrêtée dans le coin, et à bientôt :)

      Supprimer
  9. C'est clairement un roman qui pourrait me plaire! J'adore tout ce qui évoque la Nouvelle-Orléans!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas de raison de t'en priver alors ! Se faire plaisir avec de bonnes lectures, y'a que ça de vrai ^^ Merci pour ton petit mot enthousiaste :)

      Supprimer
  10. Thriller et historique : il n'en faut pas plus pour me convaincre! Je note!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est un mix très convaincant et qui fonctionne souvent à merveille ! Merci d'être passée par ici :)

      Supprimer
  11. Voici un titre que je note pour mes vacances ! Un bon polar y a rien de mieux avec des vacances pour décompresser. En tout cas, j'aime tes chroniques Lupa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des vacances agrémentées de bonnes lectures, c'est le top en effet ! Mille mercis ma douce Julia, je te renvoie le compliment ♥

      Supprimer
  12. Réponses
    1. Je suis ravie de t'avoir tentée, et espère qu'il te plaira si tu te décides à le découvrir ! Merci pour ton petit mot :)

      Supprimer
  13. Ho, je vois qu'on l'a apprécié pour les mêmes raisons ! Confidence : l'auteur a prévu quatre tomes "d'enquêtes" sur les traces de Louis Armstrong. Vu la fin du tome 1, je suis curieuse de voir ce qu'il va inventer dans la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ça, c'est de LA confidence !!! Mais comment fais-tu pour dénicher tous ces scoops ? Ma curiosité est en hausse considérable aussi pour le coup ^^ Un grand merci à toi :)

      Supprimer
  14. Que dire à part : wish list direct!!!!

    Ça à l'air génial, j'adore l'atmosphère de la nouvelle orléans dans les livres, le jazz, les thrillers... bingo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette, chouette, chouette ! C'est une sage résolution, je dirais même une excellente décision !!!
      Merci pour ton commentaire à l'enthousiasme hautement communicatif :)

      Supprimer
    2. bon pour le moment c'est juste wish list, j'essaie de limiter les problèmes de poids de ma pal (mais ça ne marche pas trop).

      Supprimer
    3. La PAL boulimique... je connais bien ça :D

      Supprimer
    4. Je viens de voir qu'il était (où bientôt en tout cas) sorti en poche.... Pauvre de moi ;-)

      Supprimer
    5. Oh chouette !!! Euh... enfin... je veux dire..., je compatis bien sûr ;-)

      Supprimer
  15. Pour l'ambiance et le cadre surtout, c'est un thriller qui pourrait bien me tenter un jour.

    (je commence par ce billet pour rattraper mon retard sur ton blog!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il est à découvrir surtout pour cela, mais aussi parce qu'il s'appuie sur un fait divers historique assez fidèlement relaté ! Après, ce n'est pas un thriller aussi palpitant qu'espéré, mais je ne regrette pas cette lecture.
      Merci de prendre le temps de revenir sur mes anciens billets, ça fait sacrément plaisir ;–)

      Supprimer
  16. J'ai acheté mardi ce livre au détour des rayons, attiré pr le titre, le résumé. Je pense le lire et j'espère ne pas très déçu grâce à ton avis je vais pas trop attendre du tueur mais hâte de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as fait une chouette acquisition, car c'est un roman d'ambiance vraiment réussi !!! Je te souhaite une belle lecture, et suis impatiente de lire ton avis ;) Merci et à bientôt !

      Supprimer