mercredi 30 décembre 2015

Clôture du Challenge ABC Imaginaire 2015 [bilan]


L’année 2015 se termine, et avec elle mon tout premier challenge ABC !


Rappel du règlement dans mon billet de présentation et de suivi.

Le challenge se déroulait du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2015.

Les récompenses étaient les suivantes :


Uue médaille décernée aux participants ayant atteint un certain degré d'avancement dans le challenge :


- Médaille d'or : 26/26

- Médaille d'argent : 20/26
- Médaille de bronze : 15/26
- Médaille de chocolat : 10/20

- Et le petit bonus pour les motivés : la médaille de platine, attribuée à tous les participants ayant au minimum atteint la médaille de chocolat et qui n'auraient effectué au maximum que 3 changements par rapport à la liste initiale qu'ils se seraient fixés lors de l'inscription.



Bilan de mes lectures :

A. Albert, Raphaël - Les Extraordinaires et Fantastiques Enquêtes de Sylvo Sylvain, tome 1 : Rue Farfadet (Steampunk) Lu

B. Beauverger, Stéphane - Le Déchronologue (Science-fiction) Lu
C. Carey, Jacqueline - Kushiel, tome 1 : La Marque (Fantasy) Lu
D. Les fiancés de l'hiver de Christelle Dabos (Fantasy) (3ème changement) Lu
E. Aguirre, Ann - Enclave, tome 1 (Science-fiction) (tricherie n°1)
F. Farmer, Philip José - Les amants étrangers (Science-fiction) Lu
G. Grant, Mira - Newsflesh, tome 1 : Feed (Horreur) Lu
H. Hill, Joe - Nosfera2 (Horreur) Lu
I. DiLouie, Craig - Infection, tome 1 (Horreur Science-Fiction) (tricherie n°2)
J. Jaworski, Jean-Philippe - Récits du Vieux Royaume, tome 1 : Janua Vera (Fantasy)
K. Khara David S.- Les vestiges de l’aube (Thriller Fantastique) Lu (2ème changement)
L. Lowry, Lois - Le Passeur (Science-fiction) Lu
M. Malerman, Josh - Bird Box (Horreur Science-Fiction) Lu
N. Nevill, Adam - Derniers jours (Fantastique) Lu mais non chroniqué
O. O'Donnell, Cassandra - Rebecca Kean, tome 1 : Traquée (Bit-lit)
P. Peru, Olivier – Druide (Fantasy)
Q. Quesne, Didier - Magicienne (Fantasy) Lu
R. Rice, Anne - La reine des damnés (Fantastique)
S. Sanderson, Brandon Fils-des-Brumes, tome 1 : L'Empire ultime (Fantasy)
T. Tolkien, J.R.R.  - Les Enfants de Húrin (Fantasy)
U. Carriger, Gail - Une aventure d'Alexia Tarabotti, T1, Sans âme (Steampunk) (tricherie n°3) Lu
V. Vinge, Vernor - Un feu sur l'abîme (Science-fiction)
W. Willis, Connie – Passage (Science-fiction)
X. X. Collectif - Walrus Institute : l’anthologie interdite (Horreur) Lu (1er changement)
Y. Yancey, Rick - La 5e vague, tome 1 (Science-fiction)
Z. Zelazny, Roger - L'Ile des Morts (Science-fiction) Lu

Total : 15 livres lus sur 26

Vu que je n’ai effectué que 3 changements par rapport à ma liste initiale, je pense pouvoir obtenir la... MEDAILLE DE PLATINE et je suis ravie d'être arrivée à ce résultat !
Evidemment, j'espère faire encore mieux l'année prochaine :)

Challenge Vapeur et feuilles de thé - An II [inscription et suivi]


La bibliothèque de mon dirigeable étant toujours bien fournie en romans steampunk, c'est avec joie que je remets mes machines à vapeur en route pour cet An II, d'autant que :
  • Un titre lu suffit à valider le challenge 
  • Qu'il n'y a pas de date de fin à l'horizon !!!
Petit rappel pour les nouveaux : Le steampunk, qu’est-ce que c’est ? 
Le steampunk est un sous-genre de la science-fiction ou de la fantasy qui s’est développé dans les années 80 (de 70 à 90 suivant les sources). Le steampunk implique un cadre narratif où la vapeur est encore largement utilisée (généralement pendant l’ère victorienne en Grande-Bretagne) et qui incorpore des éléments de science-fiction. Le steampunk est caractérisé par des innovations futuristes qui auraient pu être imaginées par des contemporains de l’époque victorienne, tel qu’on les trouve dans les œuvres de HG Wells et Jules Verne.Des motifs comme la magie ou le voyage dans le temps peuvent y apparaître. Le steampunk évoque souvent des univers urbains sombres, voire franchement glauques, qui peuvent se situer dans des grandes villes, comme Londres – pas le Londres qui a réellement existé, mais un autre Londres, fantasmé et uchronique.
Forte de mes découvertes de l'An passé, cette fois notre objectif est de dresser une bibliographie la plus exhaustive possible du steampunk.
J'ai donc enfilé mon bleu de chauffe, et je retrousse mes manches avec joie pour mettre les mains dans le cambouis. Dépoussiérer et huiler un maximum d'engrenages par le biais de mes lectures sera donc ma modeste contribution à cette bibliographie en cours de montage :)
Toutes et tous, à vos manettes..., feu..., PARTEZ !!!


Pour retrouver le blog de Sia, ainsi que toutes les informations sur ce challenge, cliquez sur le joli logo ci dessus !

vendredi 25 décembre 2015

Feed, tome 1 (trilogie Newsflesh) de Mira Grant :

Résumé : La bonne nouvelle : nous avons survécu. La mauvaise : eux aussi.
2034. Il y a vingt ans, l'humanité a vaincu le cancer. Le rhume n’est plus qu’un mauvais souvenir. Mais elle a créé une chose terrible que personne n’a été capable d’arrêter. Une infection virale. Qui s’est propagée à une vitesse redoutable, le virus prenant le contrôle des cerveaux, avec une seule obsession : se nourrir.
Issus de cette génération sacrifiée, Georgia et Shaun Mason sont les maîtres de la blogosphère, devenue le seul média indépendant proclamant la vérité sur ce qui se passe derrière les barricades. Shaun, la tête brûlée, et Georgia, l’âme du duo, enquêtent sur l’affaire la plus importante de leur carrière : la sinistre conspiration qui se cache derrière les infectés. Et ils sont bien décidés à faire éclater la vérité, même s’ils doivent y laisser la vie.

Horreur – 450 pages – Editions Bragelonne (2012)

Avis : Ami(e)s blogueuses, blogueurs, bonjour ! 
Voilà peut-être ce que sera notre rôle un jour : mettre notre clavier au service de la vérité avec un grand V ! Peut-être que lorsque notre voisin aura des velléités de casse-croûte à notre égard, et qu’il nous verra comme un savoureux hot-dog sur pattes, peut-être alors serons-nous là pour vous alerter, vous informez, et vous faire vivre la réalité en direct-live, sans filtre ni censure ! 
Peut-être même deviendrons-nous célèbres, à l’instar de Georgia, Shaun et Buffy (les blogueurs de ce roman), à tel point qu’un candidat à la présidence de la république nous demandera de suivre sa campagne à travers tout l’Hexagone…
Stop, là je m’égare, et pour le coup c’est moi qui pars en live :)

Feed est un roman de zombies, ok ! Mais pas que !
Le sujet zombiesque n’est pas aussi réducteur que veulent bien le croire certains. Il ne se résume pas à des scènes de cervelles que l’on fait allègrement sauter, à une bande-son faite de grognements entrecoupée de cris désespérés, ni de savoir qui mordra qui, ou de comment se sortir d’une grande surface cernée de cadavres belliqueux ;-)
Non, comme dans tous les romans post apocalyptiques, il aborde de nombreux sujets, et c’est bien ça qui me plaît particulièrement dans ce genre… 

Dans cette trilogie, l’auteur a choisi d’appeler cette contamination le virus "Kellis-Amberlee", une mutation créée à partir d’une interaction entre deux virus, expliquée de manière plutôt aboutie.
Et de prendre pour héros de jeunes blogueurs.
Voilà qui change des Brad Pitt sauveur du monde, ou de la bande de gros losers qui s'épanouit dans l’abattage de têtes en décomposition.
Je vous présente donc un trio de choc :

- Georgia Mason la rédac, qui a laissé sa langue de bois au vestiaire, et qui nous assène LA vérité avec une sincérité toute percutante sur son blog : Âmes sensibles s’abstenir
Si nous n’avions pas à craindre les vérités qu’on nous cache, nous n’aurions plus besoin d’avoir peur de celles que nous connaissons. Les gens devraient méditer sur ça.
Extrait d’Âmes sensibles s’abstenir, 
blog de Georgia Mason, le 2 avril 2040

La différence entre la vérité et un mensonge ? Les deux font mal, mais un seul vous aidera à vous reconstruire après. 
Georgia Mason

- Shaun Mason l’irwin(¹) qui se dope à l’adrénaline et aime asticoter du zombie devant la caméra pour le plus grand plaisir de ses nombreuses admiratrices. Il nous relate ses exploits (vidéo à l’appui) sur : Vive le roi

Si jamais vous vous dites que j’ai vraiment un boulot trop cool, que vous aimeriez, vous aussi, taquiner les zombies à coups de crosse de hockey pendant que vos copains tournent un film amateur, laissez-moi vous donner un petit conseil : allez d’abord obtenir votre accréditation. Si, après avoir brûlé pour la première fois le corps d’une gamine de six ans avec du sang sur les lèvres et une Barbie serrée entre ses bras, vous êtes toujours intéressé, je vous accueillerai à bras ouverts.    Mais pas avant.
Extrait de Vive le roi, 
blog de Shaun Mason, le 11 février 2040

- Buffy Meissonier la geek de haute voltige, hackeuse drôle et sexy, blonde et avec un cerveau de compète (si c'est possible, nan mais !), et poète à ses heures, elle nous offre sa prose dans : Le bruit des vagues
…mais ils ont été comme nous, ils sont nos enfants,
Ces ombres qui avancent dans l’obscurité,
Les yeux vides et les mains avides,
Elles parcourent, seules, l’espace qui sépare
Le pardon et la tombe du pénitent.
Extrait d’«Eakly, Oklahoma», 
première publication sur Le bruit des vagues, 
blog de Buffy Meissonier, le 11 février 2040

Si je mets en avant ces extraits, c'est que chaque chapitre du roman se termine par un billet de blog, et j’ai trouvé ça vraiment original et captivant pour les lecteurs que nous sommes. Ce point de vue apporte un angle différent, et permet de prendre du recul entre des chapitres riches en action, émotions, suspense et rebondissements !

Un petit détail m’a chiffonnée cependant... : les tests sanguins !
Bon c'est sûr, autant ne pas risquer d'avoir brutalement envie de boulotter un Sénateur en pleine meeting, cela pourrait faire désordre ^^ Mais à la longue, j’ai eu du mal à m’imaginer le bout de leurs doigts autrement que comme des passoires sanguinolentes et tuméfiées vu le nombre de lancettes qu’ils s’envoient à longueur de journée… 

D’abord la sensation de froid du métal de la lancette contre mon doigt, puis la piqûre de l’aiguille perçant la peau. Les tests pour le diabète ne font pas mal ; les malades sont censés les utiliser continuellement, et un peu de confort peut suffire à faire la différence. Les tests Kellis-Amberlee font mal, et c’est voulu. La perte de sensibilité à la douleur fait partie des premiers signes de réplication virale.

Bon alors, maintenant vous voulez savoir si j’ai vraiment aimé, c’est ça ? Tss, tss, tss, ne soyez pas si pressés, j’y viens, j’y viens…

Alors pour faire court, j’ai passé un très bon moment avec ce premier tome, même s’il n’était pas aussi costaud que je l'espérais. Dans costaud, j’entends un peu plus corsé, qui me bouscule davantage. Les idées sont bonnes, les personnages réussis, mais il m’a manqué un tout petit peu de mordant, si vous voyez ce que je veux dire ;-)
Non, vous ne voyez pas ? Ce n’est pas grave, j’aurai l’occasion de développer le sujet dans d’autres chroniques, car ce n’est certainement pas le dernier roman de zombies que je lirai, sans parler du tome suivant qui me tend déjà les bras en titubant et raclant les pieds :D
Ami(e)s blogueuses, blogueurs, tenez-vous prêts !!!

(¹) D’après Steve Irwin, surnommé « le chasseur de crocodiles », animateur de télévision australien, mort en 2006, après avoir été mortellement blessé par une raie lors d’un tournage. (NdT)
Lettre G - 13 / 26

mercredi 2 décembre 2015

Les vestiges de l’aube de David S. Khara

Résumé : Manhattan est en proie à une mystérieuse vague de meurtres. Barry Donovan, flic New Yorkais dévoré par le désespoir, mène une difficile enquête. Au détour d’un salon de discussion sur Internet, il fait la connaissance de Werner. Personnage passionnant et hors du temps, il se révèle un ami bien peu commun…
En compagnie du plus humain des vampires, découvrez les secrets enfouis dans les VESTIGES DE L'AUBE.

Thriller Fantastique – 264 pages – Editions 10/18 (2014)


Avis : Peut-être ne le savez-vous pas encore, mais les histoires de sérial killers qui font dans le grand art ou le rituel religieux, les kidnappeurs d’enfants, et autres tortionnaires en tous genres, adeptes des petits morceaux façon puzzle ou des jeux de pistes version Petit Poucet sanguinolents, et j’en passe…, ne me branchent pas du tout !
Je ne suis pas fan du genre thriller pur et dur !!!
Bon, voilà..., ça, c’est fait :D
En revanche, quand il s’acoquine avec du fantastique, – comme c’est le cas ici ! -, de la science-fiction, de la fantasy, où même quand il prend ses aises à la sauce historique bien épicée version Tim Willocks par exemple, là je dis « Banco !!! ».

Alors allons-y gaiement ; pour la 1ère session de la deuxième édition du challenge de La Licorne, je vous présente ce thriller fantastique d’un auteur français, qui, élément non négligeable, se déroule à New-York !

C’est sur les premières notes de la chanson New York, New York que commence le roman :
Start spreading the news, I’m leaving today
I’ll make a brand new start of it, in old New York…
Une rengaine qui tourne en rond dans l’esprit de Sully, venu accomplir son cinquième meurtre de manière quasi chirurgicale, tireur expérimenté pour qui une seule et unique balle suffit !
Le lieu de l’exécution n’est pas n’importe lequel, nous sommes dans un appartement huppé du centre de Manhattan où vit Vincent Hensborn, courtier, nouveau riche plein aux as, abattu d’une balle dans la nuque selon le même mode opératoire que ses quatre prédécesseurs, de très riches hommes d’affaires également.
Voilà donc le point de départ d’un thriller qui pourrait paraître, somme toute, assez conventionnel ; des meurtres, une enquête, un mobile et un assassin à débusquer, un lieutenant un peu atypique au milieu de tout ça…, bref, rien de très original à première vue ! 
Mais, je vous arrête là, ce thriller n’est pas commun, il détient un côté, ou devrais-je dire un personnage surnaturel qui fait toute la différence, et pour le coup, pas banal du tout ! Mais je vous en parlerai un peu plus bas, patience… ;-)

Place d’abord au lieutenant chargé de cette enquête ; Barry Donovan, policier de son état. Lieutenant dans les services de police criminelle de New York, un trentenaire cérébral et sportif :

« Barry Donovan ne se lassait pas de ce spectacle. New-yorkais depuis une petite dizaine d’années, il avait fait de Central Park son repaire. Il y venait souvent courir au crépuscule, ou aux premières lueurs de l’aube, pour trouver calme et sérénité. Les volutes orangées contrastaient alors avec le ciel d’un bleu azur. De purs moments de bonheur »

Mais contrairement aux apparences, tout est loin d’être bleu azur dans la tête de Barry ^^
Outre son métier, Barry porte l’énorme fardeau d’un traumatisme et de blessures de l’âme telles que des consultations régulières chez un psychologue, et le gros travail d’analyse effectué tout seul n’ont pas réussi à le sortir du gouffre dans lequel il a sombré depuis dix ans.
Afin de se "sociabiliser", il a intégré le monde virtuel et anonyme du Web l’année précédente, et après trois semaines d’errance stérile derrière son clavier, a fait LA rencontre, celle d’un dénommé Werner.

Transition idéale pour revenir à cet individu "extra"ordinaire, dont je vous parlais plus haut, et brillamment incarné par Werner Von Lowinsky, le mystérieux internaute justement !
Voilà un homme cultivé aux manières d’un autre siècle, solitaire mélancolique terré dans son antre depuis des dizaines d’années, il sait pourtant être spirituel et même philosophe à ses heures… mais seulement derrière son écran ! Passionné de cinéma (comme Barry), il est charismatique, possède un charme certain, est énigmatique, distingué, brillant,… mais aussi effroyablement dangereuxt !
Effectivement, vous présumez bien, c’est lui le héros avec un grand H de cette histoire…, et celui qui m’a le plus intéressée évidemment !
Ah oui, tiens, j’ai omis de préciser qu’il est né en 1812 à New York, mais qu’il porte plutôt très bien sa centaine d’années, grâce à son régime dans doute… ? Enfin bref, voilà de quoi vous mettre sur la voie de sa véritable nature :

« Le principal bénéfice de ma condition ? Le Temps ! Bourreau de mes anciens congénères, il est devenu négligeable. »
« Ne fais-je pas fausse route en me rapprochant du monde des vivants ? Me reste-t-il quelque espoir ? J’ai patiemment construit, au fil des décennies, un univers protecteur, un semblant de vie. Et ce, pour masquer la sinistre vérité : je suis un mort qui marche, parle, et pense. »
« Quelle place trouver dans l’existence quand on a les ténèbres pour seule compagne ? »

Alors, je vous le confie sans hésiter ; ce n’est pas l’enquête policière ni son dénouement qui m’ont passionnée ! Le côté exclusivement thriller, la recherche de l’assassin, et du pourquoi du comment, ne m’ont pas intéressée plus que ça ! En fait je m’en fichais un peu de ces meurtres, des draps en soie tachés et difficiles à ravoir, de la moquette irrécupérable, et de savoir qui était à l'origine de tout ce bazar… ^_^
Le retentissement de ces meurtres sur les personnages m'interpellait bien plus !

Pour être franche, dès le chapitre 2 et l’entrée en scène de Werner, c'est lui qui a volé la vedette, j’étais avide de le connaître mieux ! Et puis son amitié virtuelle avec Barry, cette rencontre hors du commun, ce duo improbable, le fil invisible reliant ces deux hommes, l’évolution de leur relation, le secret inavouable de Werner, son désir d’humanité retrouvé malgré sa dangerosité omniprésente,…  
Tout ça, mêlé au suspense, il n’en fallait pas plus pour me faire passer un bon moment de lecture !
La suite : Une nuit éternelle, a déjà pris ses quartiers dans ma bibliothèque, car évidemment, je VEUX en savoir plus ;)

Lettre K - 12 / 26