mardi 23 juin 2015

Nosfera2 de Joe Hill

Résumé : Horreur et fantastique sont des mots presque trop simples tant l’univers de Joe Hill nous plonge dans un maelström de sensations envoûtantes. "L’innocence" de ses personnages confrontée à des situations profondément dérangeantes crée un climat qui vous hante longtemps après la lecture.
Il suffit que Victoria monte sur son vélo et passe sur le vieux pont derrière chez elle pour ressortir là où elle le souhaite. Elle sait que personne ne la croira. Elle-même n’est pas vraiment sûre de comprendre ce qui lui arrive.
Charles possède lui aussi un don particulier. Il aime emmener des enfants dans sa Rolls-Royce de 1938. Un véhicule immatriculé NOSFERA2. Grâce à cette voiture, Charles et ses innocentes victimes échappent à la réalité et parcourent les routes cachées qui mènent à un étonnant parc d’attractions appelé Christmasland, où l’on fête Noël tous les jours ; la tristesse hors la loi mais à quel prix… Victoria et Charles vont finir par se confronter. Les mondes dans lesquels ils s’affrontent sont peuplés d’images qui semblent sortir de nos plus terribles cauchemars.

Horreur – 760 pages – Editions J’ai Lu (2015)

Mon avis : Lorsque j’ai su que Joe Hill était le fils de Stephen King (à l’occasion de la sortie du film Horns), et qu’il avait déjà reçu plusieurs récompenses littéraires, il ne m’en a pas fallu davantage pour avoir très envie de me pencher sérieusement sur cette auteur !

Pourquoi avoir commencé par ce roman ? Peut-être grâce à la nature saisissante du titre et de la couverture...
(Petit aparté ; publié en 2013 sous le titre original de NOS4A2, je trouve un peu bête que le …4A2 ait été remplacé par FERA2 pour la couverture française. Ils enlèvent le 4 mais laissent le  )
Peut-être aussi parce que ce troisième roman s’est classé à la 5ème place de la liste des best-sellers du New York Times, et qu’il a reçu le Prix Masterton du meilleur roman étranger en 2014, quand même !
Bref…, qu’importe la raison initiale, ce fût une excellente intuition :)

Ma première bonne surprise fût la présence de petites illustrations signées Gabriel Rodríguez, (dessinateur chilien, co-créateur avec Joe Hill du monde de Locke and Key et nominé aux Eisner Awards 2011 pour ces comics) insérées en début de chapitre pour symboliser l’élément central de celui-ci.  Comme autant de petites cerises  sur le gâteau pour nous mettre dans l’ambiance.

Vous commencez à me connaître, je n’aime pas raconter l’histoire d’un roman de peur de spoiler ou de faire retomber l’effet de surprise ! Je crois que cela vient du fait que moi-même je ne lis jamais la quatrième de couverture avant de jeter mon dévolu sur un roman, de peur d’en apprendre déjà trop avant de le débuter… Je recherche l’étonnement à tout prix !
Je resterai donc la plus secrète possible concernant l’histoire, tout en essayant au mieux de vous donner envie ;-)

Pour mon grand plaisir, l’étonnement a bien été au rendez-vous ! 
Je ne m’attendais pas une histoire aussi recherchée… À des personnages aussi réussis… À un suspense et une montée en puissance si maîtrisés… 
Pourtant, le prologue nous assène immédiatement un petit coup derrière la tête, annonciateur dès les premières page du charisme et du potentiel d’un vrai méchant  :

Prison fédérale d’Englewood, Colorado… Un peu avant huit heures, l’infirmière Thornton entra dans la salle de soins longue durée munie d’une poche de sang frais pour Charlie Manx…
Il était horriblement vieux, voire horrible tout court. Son gros crâne chauve était un globe dessinant la carte d’une lune étrangère, les continents délimités par les taches de vieillesse et les sarcomes couleur hématome. De tous les patients du service des soins longue durée – aussi connu sous le nom du « Carré des Légumes » –, Charlie Manx possédait un aspect particulièrement effroyable, avec ses yeux ouverts à cette période précise du calendrier.

Ok… ça promet !!!

Les personnages, m’ont beaucoup plu, et Joe Hill a un talent indéniable pour modeler leurs psychologies :
L’héroïne, Victoria alias La Gamine, possède une personnalité fichtrement bien construite !
Nous faisons sa connaissance lorsqu’elle a 9 ans en 1986, pour la suivre tout au long de sa chaotique existence. Elle a un don qu’elle va découvrir à cet âge-là et qu'elle ne peut partager avec personne. Pour préserver son équilibre mental elle se persuade que tout n'est que le fruit de son imagination, malgré des preuves tangibles et matérielles sous la forme d'objets retrouvés, allant même jusqu'à échafauder d'autres scénarii comme réflexe d'autodéfense. Difficile de grandir sereinement avec de telles parenthèses obscures, surtout dans une cellule familiale bancale...

Il y a aussi un deuxième méchant, qui bizarrement m’a effrayé encore davantage que le principal, peut-être est-ce lié à son côté plus "ordinaire", mais non moins glaçant ! C'est celui qui m'a mis le plus mal à l'aise...

Et puis, dans tout ça il y a le pilier, celui sur lequel le lecteur a envie de s'appuyer (et ça tombe bien vu sa corpulence !), l'ancre du navire en perdition, le cœur pur et tendre de l'histoire, celui pour qui mon cœur a fondu ; Louis Carmody alias Lou, le compagnon de Vic : 
Il sentait bon, il était placide. Il possédait la même douceur et était à peu près aussi difficile à mettre en colère qu’un personnage de Winnie l’ourson.
Que cet homme, qui vénérait les comics et son fils, qui adorait la gaudriole, la bière et les fêtes d’anniversaire, puisse vieillir un jour la laissait perplexe.

Et pour finir,  la Rolls… Si si, je vous assure, c'est un personnage à part entière !

Je n’ai pas envie de faire de comparaison entre les univers du père et du fils !
Mais juste de dire que j’ai retrouvé quelques similitudes dans la profondeur des personnages. Des êtres malmenés par la vie, à l'innocence brisée, en marge de la société, condamnés à lutter seuls contre leurs démons, à l'innocence volée, aux prises avec une faculté extraordinaire qui va les marginaliser, les pousser à l’alcoolisme, les faire lentement basculer au seuil de la folie… C’est d’ailleurs pourquoi Victoria m’a  fait penser à certains moments au petit Daniel Anthony Torrance de Shining, puis devenu adulte dans la suite Docteur Sleep.

Sans être une spécialistes de l'oeuvre de Papa (je suis loin d'avoir lu tous ses romans), j’ai également repéré quelques petits clins d’œil de Joe à Stephen :
Dans Ça (It), les enfants étaient approchés par une entité maléfique sous la forme d'un clown… Ici, l’entité malfaisante joue avec la magie de Noël, parvenant à les séduire en leur promettant d’accéder à un endroit magique appelé Christmasland, où règne le rêve de Noël tous les jours de l’année !
Dans Christine, la fameuse voiture, une Plymouth Fury modèle 1958, était hantée, ici on retrouve une vieille Rolls Royce Wraith de 1938, de fabrication anglaise, qui n’a rien à envier aux pouvoirs de la première !

Une vieille voiture s’éloignait d’un mouvement fluide au bout de la rue. Une Rolls-Royce noire avec des marchepieds et des accessoires en chrome. Les feux arrière clignotèrent dans l’obscurité. La plaque d’immatriculation s’éclaira d’une brève lueur rouge : NOSFERA2. Enfin, le véhicule s’éclipsa au coin du pâté de maisons, emportant avec lui la douce musique de Noël

Pour tous les fans de Stephen King qui commençaient à s’interroger sur la relève éventuelle (bien qu’à 68 ans le King ait encore le temps de nous régaler dans les années futures), je vous le dis carrément ; celle-ci est brillamment assurée par le fiston ! À croire qu’il a hérité du gène familial :D 
Il faut dire que la famille est bien pourvue en la matière puisque même maman (Tabitha King) est elle aussi tombée dans la marmite de l’écriture.

A propos de maman King justement, ce qui me permet d'évoquer la fin de ce roman ; elle est juste impeccable ! Après un chapitre épique à Christmasland à vous rendre allergique aux paysages enneigés et autres décors de Noel, nos petits nerfs sont maintenus en éveil jusqu'à la dernière page ! D'ailleurs Joe mentionne dans ses remerciements de fin d'ouvrage (que je vous conseille instamment de lire) qu'il a jeté les quinze dernières pages pour réécrire quelque chose de mieux après que sa mère les ait lues et lui ait indiqué que le chapitre final ne convenait pas. Merci Tabitha ! 

Je ressens un sacré potentiel chez cet auteur, c’est pourquoi je suis ravie d’avoir pourvu ma pile à lire de deux de ses autres romans, à savoir ; Le Costume du mort qui a reçu de nombreux prix, ainsi que Cornes adapté au cinéma en 2013 sous le titre Horns avec Daniel Radcliffe , et réalisé par Alexandre Aja (un frenchie à Hollywood, yessss !!!).
J’ai également bien l’intention de découvrir sa saga de comics Locke & Key dont on m’a dit le plus grand bien !

Avant votre lecture, voici quelques petites mises en garde, je ne veux pas avoir votre disparition sur la conscience :D


  • Ne montez jamais dans une vieille Rolls-Royce avec un inconnu !
  • Si la radio de la cuisine commence à diffuser en boucle des chants de Noël, mettez-la dans le four, thermostat 250.
  • Conservez un masque à gaz sous la main en cas d’effluves de pain d’épice (ça tombe bien, j’ai horreur du pain d’épice !).
  • N’utilisez pas de deux-roues sur un vieux pont branlant prêt à s’écrouler et peuplé de chauve-souris…


Sans doute entendrez-vous encore parler de Joe Hill sur ce blog ! Si ça ce n’est pas une bonne nouvelle :-)

30 commentaires:

  1. Au vu de ton avis, je ne peux que l'ajouter à ma WL direct !
    ça me conforte bien dans l'idée qu'il faut que je teste les romans de Joe Hill ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vas-y gaiement ! Cet auteur n'a pas fini de nous étonner, et je te fiche mon billet qu'l nous réserve encore de très bonnes surprises ;) Merci de ta visite !

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup entendu parler de l'auteure mais je n'en ai jamais tenté un. J'avoue que pour le nom c'est assez étrange mais l'histoire semble vraiment très intéressante, que ça soit par rapport aux personnages ou à l'univers créé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est mystérieux ce titre n'est-ce pas ? C'est ce qui m'a intrigué au départ, avec cette plaque d'immatriculation bien flippante sur la couverture, même si je trouve les couvertures VO bien plus sympas ^^ Si tu le tentes, j'espère qu'il te plaira ! Merci et à bientôt :)

      Supprimer
  3. Je suis sceptique tout de même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ce genre de romans, ça passe où ça casse, et si tu n'es pas tentée, pas la peine de forcer les choses ^^ J'imagine que les envies ne manquent pas non plus par chez toi ;) Merci, et bonnes lectures !

      Supprimer
  4. moi qui n'y arrive pas avec le père, aurais je plus de chance avec le fils

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si l'univers du père n'arrive pas à t'embarquer, je doute que le fils y parvienne ! Merci d'être passée par là :)

      Supprimer
  5. Je dois avouer que j'hésitais à tester parce que c'est le "fils du grand maitre" mais je vais sûrement tenter l'expérience maintenant ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être tout à fait honnête, j'ai eu beau me dire en le commençant que je mettrai de côté ce lien familial, je n'ai pu m'empêcher d'y penser pendant ma lecture... Peut-être parce que j'ai retrouvé "la patte King" à certains moments ^^ C'est sans doute pour cela qu'il a pris un autre nom d'auteur et qu'il a caché ce lien de parenté au début de sa carrière.
      Tu peux tenter l'expérience, comme cela tu me donneras ton avis ;) Merci Léa !

      Supprimer
  6. Lorsque j’ai su que Joe Hill était le fils de Stephen King > wow tu m'apprends un truc... :p
    J'ai déjà tentée l'expérience avec un Joe Hill, je n'avais pas du tout aimé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par curiosité, c'était lequel ? Son univers est un peu barré, et je comprends que l'on puisse ne pas accrocher ! Les goûts et les couleurs… Merci pour ton commentaire :)

      Supprimer
  7. Eh bien ma Lupa ! je n'ai pas pu finir CORNES de Hill, je n'ai pas accroché du tout ! Par contre je vais tenter "le costume du mort" que j'ai dans ma pal ! je ne veux pas m'arrêter à cette première tentative qui a manifestement échoué, et celui dont tu parles éveille aussi ma curiosité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien que tu ne restes pas sur cette déception et que tu persistes à vouloir tenter "Le costume du mort" ! Pour ma part c'est celui qui me tente le plus après cette première expérience concluante, davantage que "Cornes" d'ailleurs ^^
      J'aimerais bien savoir ce que Joe a d'autres dans le ventre (ou la plume !), et s'il parviendra à m'étonner de nouveau… Merci ma Lili d'avoir galopé jusqu'ici ;)

      Supprimer
  8. J'ai adoré Locke & Key mais je ne lis pas trop de thriller ou polar surtout si c'est du Stephen King ou du Joe Hill car j'ai vraiment peur d'avoir la trouille xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, cette saga "Locke & Key" semble vraiment incontournable ^^ C'est sûr que si tu ne souhaites pas frissonner, le père ou le fils ne sont pas trop pour toi en ce moment, mais quand tu en auras envie tu sauras vers qui te tourner ;) Merci de ton petit passage par ici !

      Supprimer
  9. Oh là là!! J'ai envie de le lire, maintenant! Tout de suite!! Et j'en profite pour te conseiller un très bon comics de ce fabuleux Joe Hill: Locke and Key! Ma première lecture de cet auteur et un vrai coup de cœur! Merci pour cet avis qui met l'eau à la bouche!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Locke and Key" sera ma priorité comics, c'est obligé ! Je suis super contente que mon billet t'ait donné l'eau à la bouche *_* Merci pour ton commentaire enthousiaste, c'est toujours un plaisir de te lire :)

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Ok ! Et bien je verrai ça quand je le lirai ^^ Merci pour ton retour et à bientôt :)

      Supprimer
  11. Je crois que j'aurais raté quelque chose à ne pas venir lire ce bel avis enthousiaste. Si grâce au forum, j'ai déjà appris de qui Joe Hill était le fils, les informations à son sujet disséminés dans ton article me permettent d'en apprendre encore plus, notamment sa contribution à des comics.
    J'ai vu le fameux Horns au cinéma et c'était spécial et en fin de compte pas mal. Je ne sais pas ce que vaut le roman mais en tout cas, si je devais lire Joe Hill, je pense que je garderai en mémoire ce titre-ci que tu viens de nous présenter (nul doute qu'il me rappellera It du papa que j'avais énormément apprécié - des heures de lecture nocturnes!).
    Merci merci! (et je suis d'accord avec toi Nos-4A2 est meilleur que NOSFERA2)
    C'era :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me met littéralement en joie *_* Je suis persuadée que ce roman te plairait, notamment pour le côté thriller vraiment réussi, ainsi que pour ses personnages !
      Merci pour la confiance renouvelée, et l'intérêt que tu portes toujours à mes billets ;) Bises, et à bientôt !

      Supprimer
  12. Le Maître a un fils, et il écrit? Je vais aller découvrir tout cela moi!
    Super chronique en tout cas, suis convaincue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiiii ! Génial n'est-ce pas ? N'hésite pas à découvrir celui-ci si le nombre de pages ne te rebute pas trop ;) Merci beaucoup pour ton compliment, je suis ravie de t'avoir convaincue !

      Supprimer
  13. Il faut vraiment que je teste cet auteur!!!!J'adore tellement Stephen King, et je me dis que le fils doit avoir eu le gêne des bons auteurs non???!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense qu'il a effectivement hérité des talents de son papa pour l'écriture !!! A toi de les découvrir maintenant que tu es au courant ;) Merci de ton intérêt et à bientôt !

      Supprimer
  14. Ce livre à l'air génial, merci beaucoup pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, j'en suis ravie !!! J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi si tu le lis ! Ton engouement fait plaisir en tout cas, merci :)

      Supprimer
  15. Je l'ai trouvé dans un vide-grenier, il faut absolument que je trouve un moment pour m'y plonger !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellente acquisition, crois-moi ! Reviens m'en dire des nouvelles ;-) Merci de ta visite :)

      Supprimer