dimanche 14 décembre 2014

Le Maître des Rêves de Roger Zelazny



Résumé : Branché directement sur le cerveau de ses patients, Charles Render y injecte des songes de sa composition. Maître dans son domaine, il est l'auteur des mondes imaginaires les plus achevés. Eileen Shallot, belle à se damner, aveugle de naissance, se présente un jour à sa porte. Elle veut voir le monde par les yeux de Render, à travers ses rêves. Ensemble, ils vont arpenter les univers qu'il a créés pour elle. Mais un jour Eileen refuse de s'arracher aux rêves de Render, dont elle prend peu à peu le contrôle pour transformer l'utopie en un piège mortel.



Science-fiction - 254 pages – Editions Folio SF (2006)



Mon avis : Tout ce qui a trait aux rêves est passionnant, et ayant beaucoup aimé le film Inception de Christopher Nolan, j’étais impatiente de me lancer dans l’aventure !
Finalement, ce livre a eu pour moi deux facettes ; d’un côté, un thème captivant articulé autour d’idées ingénieuses, truffé de références et de symboles d’origines diverses, qui se lit facilement et donne l’impression d’être d’un abord assez simple, et contenant une part indéniable de poésie et d’onirisme. 
De l’autre, un récit qui s’est avéré en fait beaucoup plus complexe que prévu, qui semble n’avoir pas livré tout son potentiel, et dont on continue de chercher à comprendre le sens profond après l’avoir refermé.
Pourtant cette idée de Neuroparticipation était vraiment prometteuse, ainsi que l’inévitable transfert " façonneur - façonné " qui s’est rapidement profilé entre Charles et Eileen. 
Malheureusement je n’ai pas réussi à réellement m’attacher aux personnages… J’ai trouvé leur personnalité et leur psychologie trop peu fouillées, trop abstraites, et j’ai été fréquemment déstabilisée par toutes les transgressions et les passages énigmatiques, comme si chacun d’entre eux détenait un profond sens symbolique m’échappant trop souvent.
J’ai trouvé un peu dommage que l’auteur ne se donne pas la peine de décrypter les messages subliminaux qu’il a insérés tout au long de l’histoire.
Peut-être parce que cette histoire n’était que son deuxième roman et pour le coup manquait d’une certaine maturité ?
Mais de la part de Roger Zelazny ça m'étonnerait beaucoup ! Je pense plutôt que ce roman s’adresse à un lectorat averti ! 
Car il faut avoir de multiples connaissances pour pouvoir saisir les nombreuses références, notamment mythiques (le loup Fenrir de la mythologie nordique, le mythe de Tristan et Yseult, par exemple), mais en philosophie bouddhiste également.
Ce lecteur avisé doit aussi, et surtout, connaître et maîtriser certains principes de la psychanalyse (le moi, le surmoi…), les courants de pensées jungienne et freudienne, et doit être capable de formuler sa propre interprétation afin d’en ressortir éclairé comme après une séance sur le divan d’un psy !
Du coup, subsiste en moi cette impression mi-figue mi-raisin...
Je n’ai pas tout compris et je quitte ce roman avec un sentiment que je n’aime pas ressentir à la fin d’un livre ; celui d’avoir l’impression d’être passée à côté de quelque chose de fort pour apprécier l’histoire à sa juste valeur…

12 commentaires:

  1. Je n'ai pas lu ce Zelazny mais j'aime ce qu'il fait, j'espère que le prochain livre que tu liras de lui te plaira plus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec Zelazny c'est toujours du lourd, et je sais déjà que je n'en resterai pas là avec cet auteur, c'est sûr et certain ! Merci Léa :)

      Supprimer
  2. je n'avais jamais entendu parler de l'auteur ou du livre donc merci de la découverte. Désolée que finalement il y ait eu beaucoup de confusion avec celui ci. Pas sur que ça soit pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ;-) Sa saga la plus populaire est "Le Cycle des Princes d'Ambre", que je lirai un jour ! Merci et à bientôt :)

      Supprimer
  3. Hou Hou, je comprends ton sentiment, tu reviendras dessus un peu plus tard, certaines premières lectures ont besoin de murir... ou pas ! Ta chronique est honnête c'est tout à ton honneur. @bientôt, Grybouille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Grybouille ! Oh que oui, une deuxième lecture serait très profitable avec ce genre de roman à tiroirs secrets ^^ Merci et à bientôt :)

      Supprimer
  4. J'ai lu le Cycle des Princes d'Ambre que j'avais adoré, j'avais une vingtaine d'années alors, mais j'en garde un super souvenir, je ne connais rien d'autre de lui... Je dois dire que ta chronique ne me tente pas trop !!! je passe donc mon chemin pour ce roman ! Mais tu vois, je vais ressortir mon cycle pour une prochaine relecture !! ;) bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce Cycle des Princes d'Ambre revient souvent sur le tapis avec de proches amis qui m'en parlent sans cesse ! J'ai trop de sagas en cours pour le moment mais je le lirai un de ces quatre sans faute ;-) Merci Lili, bises à toi aussi.

      Supprimer
  5. hey dis moi j'aurais voulu t'envoyer un email pour te demander quelque chose, mais je ne le trouve pas sur ton blog... est-ce que tu pourrais m'écrire sur le mien (betweendandr@gmail.com) ou me le donner ? Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! Je t'envoie le message et j'en profite pour corriger cette lacune sur mon blog, merci ;-)

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas mais vu ton avis en demi teinte je crois que je vis passer mon tour. Cependant, merci pour la découverte =) (c'est dommage quand même car le thème du rêve, c'est aussi quelque chose que j'apprécie bien même si je ne suis pas fan d'inception ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que le monde des rêves regorge de possibilités d'évasions et j'attendais trop de ce roman sans doute ^^ Mais Zelazny reste malgré tout un maître, même si ce n'est pas dans celui-ci qu'il s'illustre le mieux... Merci Alison :)

      Supprimer