samedi 20 décembre 2014

Le Palanquin des larmes de Chow Ching Lie

Résumé : " Je suis née dans la Chine de la misère et des larmes. Petite fille, j'ai souffert et pleuré de bonne heure. J'étais jolie : ce n'est pas un mérite, ce fut une malédiction. Laide et difforme, je n'aurais sans doute pas été mariée de force à l'âge de treize ans ". Choisie pour son exceptionnelle beauté, Chow Ching Lie est contrainte d'épouser l'héritier d'une des plus grosses fortunes de Shanghaï. Elle incarne ainsi, sous le règne de Mao Tsé-Toung, le drame de la femme chinoise et de son asservissement séculaire.
D'un bouleversement à l'autre, Chow Ching Lie est donc soumise à rude épreuve. Heureusement, son don pour la musique la sauve. Envers et contre tout, elle poursuit ses cours de piano et entre au Conservatoire. Artiste et virtuose, elle voit alors s'ouvrir à elle une carrière internationale.



Autobiographie – Drame - 443 pages – Editions J’ai Lu (2008)

Mon avis : J’ai réalisé dernièrement que mon attirance pour la littérature asiatique se résumait et m’orientait presque exclusivement vers les auteurs japonais !

Qu’à cela ne tienne, j’allais maintenant élargir mon champ d’investigation livresque en commençant par la Chine…
Ne connaissant absolument rien de l’histoire et des coutumes de ce pays, j’avoue être allée vers la facilité en choisissant une autobiographie célèbre, et bénéficiant d’un succès mondial dès sa parution en 1975.
De surcroît, je suis de celles et ceux qui n’ont jamais vu le film ! C’est donc totalement dépourvue de repères que j’ai entamé cette lecture.
La narratrice, Chow Ching Lie, naît à Shanghai en 1936 d’une famille pauvre.
Belle, intelligente, elle va suivre des études et apprendre le piano grâce à un père enseignant.
Malheureusement elle ne pourra échapper au destin de la femme chinoise de l’époque, et sa beauté sera l’élément déclencheur d’un mariage forcé à l’âge de 14 ans avec un homme qu’elle n’aime pas, héritier d’une des plus illustres fortunes du pays.
Je ne vais pas vous faire un résumé de l’histoire, elle ne se raconte pas mais se découvre avec les mots et la sensibilité de Chow Ching Lie.
Son récit, tout en pudeur et délicatesse, est celui d’une femme à la destinée singulière, et jalonnée par les contraintes et l’asservissement. 
« Dans le lit, femme et mari. Hors du lit, maître et servante. (Proverbe Chinois) ».
Le grand atout de cette autobiographie est le contexte historique puisque l’existence de l’auteure se déroule à des moments clés de l’histoire de la chine du milieu du XXe siècle.
La naissance de Chow Ching Lie coïncide avec le début de la guerre sino-japonaise (1937-1945).
Puis, au cours de son enfance, le récit nous dévoile les coutumes et superstitions d’une Chine féodale, empesée de ses rites et traditions millénaires. Ventes des enfants, mariages forcés, esclavage des épouses, rites funéraires, avec une mise en lumière de l’importance de la religion, de la voyance, et même de l’astrologie dont dépendent nombre de décisions.
Il est vrai que les événements politiques majeurs sont évoqués de façon un peu sommaire, mais il ne faut pas oublier qu’ils sont vécus par une très jeune fille ayant sa part de tourments personnels ! 
Et ce n’est pas plus mal..., ainsi le lecteur n’est pas écrasé sous une masse d’informations, et rien ne l’empêche par la suite d’en apprendre plus sur la guerre civile chinoise, la Libération, la Campagne des Cent fleurs, le Grand Bond en avant
Malgré tout, ce tournant décisif, celui qui va modifier et remodeler le pays avec l’arrivée au pouvoir de Mao Tsé-toung, est suffisamment explicite pour nous faire comprendre le bouleversement et le sentiment de libération qu’a pu ressentir le peuple chinois, notamment la cause féminine qui s’est vue enfin attribuer quelques droits fondamentaux.

En conclusion, je dirai que grâce à ce livre, j’ai pu effleurer l’histoire d’un pays, et imaginer quelque peu la vie des femmes chinoises de cette période.


A propos du titre : Dans les temps jadis, quand la fiancée montait dans le palanquin fleuri qui l'emporte vers son mariage, sa mère et elle versaient des larmes au moment où elle quittait sa famille pour une famille nouvelle. On appelle ce véhicule « le palanquin de joie ». Pour Chow Ching Lie, ce sera « le palanquin des larmes ».(source Wikipédia)


J’ai découvert que Chow Ching Lie a écrit une suite qui s’appelle : Dans la main de Bouddha

16 commentaires:

  1. le fait d'en apprendre plus sur ce pays m'intrigue beaucoup, je pense que cela pourrait être une lecture plaisante:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une lecture facile d'accès, et idéale pour défricher nos connaissances de la culture chinoise ! Merci de ta visite Léa :)

      Supprimer
  2. J'avoue que je n'ai pas beaucoup tenté de lectures asiatique mais j'ai eu un ou deux livres dans cet environnement et c'est vrai que c'est fascinant. Merci pour la découverte de celui ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie d'avoir suscité ton intérêt pour une littérature qui, il est vrai, ne ressemble à aucune autre ! Pourtant celui-ci n'a pas la patte singulière des romans japonais. Sans doute parce que l'auteure vit depuis 40 ans en France ^^ Merci à toi :)

      Supprimer
  3. Je ne connais de la Chine que ce que j'en ai lu dans les livres de José Frèches (qui sont bien aussi si tu veux en découvrir un peu plus sur ce pays) et j'avoue que ce livre me tente bien, du coup :)
    Belle chronique en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Neko :) Je prends note de ce José Frèches pour aller fouiner un peu dans sa bibliographie car je ne connais pas du tout cet auteur !

      Supprimer
  4. Hou Hou, c'est un livre qui pourrait me plaire, l'histoire et une autobiographie. La chine si mystérieuse...@bientôt, Grybouille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ce roman ne relève qu'un premier voile ! Mais c'est déjà mieux que rien ^^
      Merci de t'être posé sur le modeste petit arbuste encore vert qu'est mon blog Grybouille ;)

      Supprimer
  5. je n'ai jamais tenté. ça m'attire pas trop

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi qui aimes les récits historiques, ce roman pourrait peut-être te plaire malgré tout ! @bientôt Chris :)

      Supprimer
  6. Tu ne lis que des romans que j'ai envie de lire ^^ Celui ci fait partie de ma liste de lecture depuis tellement de temps. C'est frustrant quand même : il y a bien trop de bouquins pour toute une vie =)
    En tout cas, il faudrait vraiment que je le lise un de ces quatre ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux dire exactement la même chose ; tes lectures m'inspirent à chacun de mes passages sur ton blog ;)
      Plusieurs vies, voilà la solution ! :D

      Supprimer
  7. Je le note ! Il m'intéresse ! Merci de la découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, avec grand plaisir ! J'espère qu'il te plaira si ton envie de le lire se concrétise ;) Merci pour ta visite !

      Supprimer
  8. Je suis très contente de trouver ce livre sur ton blog car je ne l'ai pas beaucoup vu passer alors qu'il est assez chouette est donne un bon apperçu de son époque :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci beaucoup, ton commentaire me fait bien plaisir ! J'espère que nous trouverons plein de livres en commun à partager à l'avenir ;–)

      Supprimer