samedi 15 novembre 2014

La Horde du Contrevent de Alain Damasio

Résumé : " Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu'un vent féroce en rince la surface
Que les villages qui s'y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d'eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu'en Extrême-Aval ait été formé un bloc d'élite d'une vingtaine d'enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueules, leur vie durant, le vent jusqu'à sa source, à ce jour jamais atteinte : l'Extrême-Amont.
Mon nom est Sov Strochnis, scribe.
Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m'appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l'éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l'azur à la cage volante.
Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l'ultime. "

Science-fiction Fantasy - 700 pages – Editions Folio SF (2007)

Mon avis : Je suis ressortie toute échevelée, soufflée, décoiffée par ce roman !

D’un style étonnant, cet hybride SF / Fantasy est probablement unique en son genre.

Une quête, mais pas n’importe laquelle ; trouver l’origine du vent, le bout du monde, l’extrême-Amont, et qui nous embarque à contre-courant de cet élément indomptable qu’est le vent, souffle de vie, durant 700 pages !

Ce vent en toile de fond, créateur de tout, présent sous toutes ses formes, ses rythmes et ses différentes mutations.

Alain Damasio fait preuve d’une telle générosité ! Il l’apprivoise et en décompose chaque variation, allant même jusqu’à nous offrir son langage écrit, comme une musique sur une partition, et que l’on l’entend murmurer, siffler ou bien mugir à l’instar de ces courageux hordiers dans un monde balayé.

L’univers est rude, la terre intraitable, et pourtant, la poésie est là, je l’ai ressentie comme une douce brise réconfortante durant toute la trace !

La philosophie n’est pas en reste non plus, elle est insufflée au cœur même de certains personnages, dont les plus charismatiques deviennent très vite attachants.

Le lien indéfectible qui peut unir des êtres dans l’adversité prend toute sa signification dans les épreuves traversées, une union ou l’équilibre de chacun dépend de la cohésion de tous.

On ne peut que souffrir avec eux dans les contrées inhospitalières parcourues, et il y en a, croyez-moi !

La notion de solidarité trouve toute sa signification, et grâce à leurs individualités hors du commun, cette horde apparaît comme un tout, un aboutissement pour une ultime mission.


J’ai retenu quelques passages magnifiques :

- "Et le jour où il n'y aura plus de couleur nulle part, où tout sera blanc sur la terre comme au ciel, je me trancherai une veine pour que tu puisses encore voir du rouge !"
- "Avant même de naître, je crois que nous marchions. Nous étions déjà debout, la horde entière étalée en arc, déjà fermes sur nos fémurs et nous avancions avec nos carcasses raclées et nos côtes nues, les rotules rouillées de sable, à griffer le roc avec nos tarses. Nous avons marché longtemps ainsi, tous ensemble, à chercher la première de toutes nos prairies. Nous n'avons jamais eu de parents : c'est le vent qui nous a faits. Nous sommes apparus doucement au milieu de la friche armée des hauts plateaux, à grandes truellées de terre voltigée pris dans nos ossements, par l'accumulation des copeaux de fleurs, dit-on aussi, sur cette surface qui allait devenir notre peau. De cette terre sont faits nos yeux et de coquelicots nos lèvres, nos chevelures se teintent de l'orge cueilli tête nue et des graminées attirées par nos fronts."


Les mots sont beaux, forts, et ce livre renferme de nombreuses perles, je pense notamment aux joutes linguistiques, petits moments de pur bonheur...

Que dire de plus, sinon que je suis étourdie, Vent Dieu !






D'autres billets : C'era una volta , Licorne , Mypianocanta , Mariejuliet
Pour aller plus loin :

20 commentaires:

  1. c'est toujours intéressant d'avoir quelque chose d'original comme ça et le mélange SF/F a l'air vraiment pas mal aussi. merci de la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! C'était une sacrée découverte pour moi aussi :)

      Supprimer
  2. Bah la !, je suis scotchée par ta chronique ! coup de coeur assuré dis donc ! Du haut de ma pal, le livre va arriver sur ma table de chevet dans peu de temps ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que t'encourager à le faire !!! Et plus le temps passe, plus je me dis que j'aimerai le relire un jour ;-)

      Supprimer
    2. Voilà, je l'ai lu et viens de le chroniquer, je suis encore sous le choc de cette histoire puissante émotionnellement et écrite avec finesse ! Quel bouquin !

      Supprimer
    3. A qui le dis-tu, je n'en suis toujours pas revenue ! Et avec le recul et le temps qui passe, ce sentiment s'amplifie, c'est fou ^^ Je suis en tout cas ravie que tu aies succombé toi aussi ;)

      Supprimer
  3. Je l'ai dans ma pal il faut absolument que je le lise :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui !!! Ce roman est immanquable, je confirme :D

      Supprimer
  4. Moi qui suis encore dedans et qui m'approche de la fin, je ne peux que saluer ta chronique qui rend si bien hommage à cette superbe histoire. Je peux déjà te dire que comme toi j'ai succombé aux joutes verbales, quel pur moment de bonheur, quelle maîtrise du langage. J'aime infiniment le style de l'auteur et sa maîtrise du verbe et du mot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazie C'era :) Je suis ravie qu'il te plaise autant qu'à moi, et je suis super impatiente de lire ta chronique le concernant ! Profites-en jusqu'à la dernière page surtout ;-)

      Supprimer
  5. Magnifique chronique, ça à été un véritable coup de cœur pour moi aussi, c'est un livre unique exactement. Je serais incapable de le classer il est à part, c'est un joyaux avec de magnifiques perles dedans .

    Merci pour ta chronique, ça me conforte dans l'idée que si je suis tombé amoureux de ce livre ça n'est pas pour rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Je suis doublement contente quand le compliment provient d'un autre adepte du roman, c'est tellement agréable de pouvoir partager ça :)

      Supprimer
  6. Un roman décoiffant, je suis tout à fait d'accord ;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors bienvenue au Club très privé des "Décoiffés de La Horde" ;D
      Et merci de ta visite !

      Supprimer
  7. Hou Hou, Ta chronique et ton intelligent lien m'a entrainé dans l'univers de ce livre. Ce sera une mes prochaine lecture. Merci à toi, @bientôt. Grybouille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En voilà une excellente idée !!! Merci de ta venue Grybouille :)

      Supprimer
  8. Un ami m’en avait parlé et j’étais assez dubitative… Finalement, il me l’a offert mais je suis restée toujours un peu sceptique…
    Mais je lis de plus en plus de chroniques encourageantes ! Donc bon, je vais m’y mettre en automne (pour accorder la saison à la météo du livre qui a l’air pesante~) et j’espère en ressortir aussi conquise que toi et bien d'autres lecteurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans être pesant, c'est vrai que l'univers venteux de La Horde s'accordera à merveille avec la saison automnale ^^ J'espère aussi que tu rejoindras tous les nombreux fans de ce roman incroyable ! Excellente future lecture, et merci pour ton intérêt :)

      Supprimer
  9. Aaaaah dékà que j'avais envie de le lire, maintenant c'est pire encore : il me faut ce roman! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, oui, ce roman, il faut absolument le lire, je t'y encourage à 1000000% !!! Je n'en suis toujours pas revenue depuis le temps d'ailleurs ^^ Merci de ton enthousiasme :)

      Supprimer